Gronkowski a tourné la page sur ses problèmes de santé

Rob Gronkowski... (Photo: AP)

Agrandir

Rob Gronkowski

Photo: AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Howard Ulman
Associated Press
Phoenix

La cheville de Rob Gronkowski va bien. Il a tourné la page sur ses ennuis de santé qui ont affecté ses trois dernières participations aux éliminatoires de la NFL.

Il est maintenant carrément inébranlable.

En conséquence, lorsque le demi de coin des Seahawks de Seattle Jeremy Lane dit «qu'il n'est pas si bon que ça», le meilleur ailier rapproché de la NFL rétorque simplement «que tout le monde a le droit à son opinion».

Certes, le géant de 265 livres pourra changer l'opinion de Lane - qui pèse 190 livres - à l'occasion du duel entre les Patriots de la Nouvelle-Angleterre et les Seahawks dans le cadre du Super Bowl dimanche. En santé, il devrait causer beaucoup de dégâts.

«Je suis prêt», a-t-il lancé mardi.

Gronkowski a raté le match des championnat de l'Association américaine au cours des deux dernières saisons à cause d'une fracture à l'avant-bras gauche en 2013 et d'une déchirure aux ligaments croisé antérieur et latéral médial du genou droit en 2014. Lors du Super Bowl en 2012, il avait été ralenti par une élongation musculaire à la cheville gauche. Les Patriots ont perdu ces trois matchs.

Gronkowski, qui est reconnu comme étant un boute-en-train et un travailleur acharné, a participé à la traditionnelle journée des médias mardi. Son sourire et son rire étaient omniprésents, comme ce fut le cas il y a trois ans. Les questions étaient cependant différentes.

«C'est bien d'être de retour à 100 pour cent, a-t-il admis, et de ne pas devoir répondre à un million de questions relatives à ma cheville.»

Même à l'époque où il devait y répondre, son sens de l'humour prévalait.

Interrogé en 2012 à savoir comment il se sentait, le «Gronk' avait répondu, le sourire aux lèvres, «Bien. Comment allez-vous?»

Pas étonnant que l'ailier espacé Julian Edelman le considère «comme un gros nounours qui s'amuse à jouer au football».

Ou pourquoi le propriétaire de l'équipe Robert Kraft a dit mardi «que dans une autre vie, beaucoup de gens aimeraient être Rob. Il ne connaît jamais de mauvaise journée.»

Maintenant, pour la première fois en quatre ans, il pourrait connaître une bonne journée de travail à l'occasion du dernier match de la saison des Patriots.

«Ç'a été une expérience très difficile (d'être blessé lors de matchs d'envergure), a reconnu Gronkowski. Je ne prends plus rien pour acquis. C'est un privilège d'être sur le terrain en compagnie de mes coéquipiers.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer