Belichick et Brady nient avoir trafiqué des ballons

«J'ai toujours respecté les règlements. Je n'enfreindrais jamais... (Photo Greg M. Cooper, archives USA Today)

Agrandir

«J'ai toujours respecté les règlements. Je n'enfreindrais jamais les règles», a affirmé Tom Brady, jeudi.

Photo Greg M. Cooper, archives USA Today

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Bill Belichick et Tom Brady ont soutenu qu'ils n'avaient rien à voir avec les fameux 12 ballons des Patriots de la Nouvelle-Angleterre qui n'étaient pas assez gonflés lors de leur match contre les Colts d'Indianapolis en finale de la Conférence américaine, dimanche dernier. Belichick a d'abord donné une conférence de presse en matinée, puis Brady l'a imité en fin d'après-midi.

«J'ai été sous le choc d'apprendre cette histoire de ballons, lundi. Je n'en savais rien jusqu'à lundi matin», a dit Belichick.

«Je n'ai jamais parlé de la pression d'air dans un ballon à un joueur ou à un employé d'équipe durant toute ma carrière», a ajouté le pilote qui a ensuite indirectement mis Brady sur la sellette, de l'avis de bien des gens.

«Tom [Brady] pourra parler de ses préférences quant aux ballons de façon plus précise et approfondie que moi. Je n'ai aucune explication pour ce qui s'est produit», a lancé Belichick.

Brady a toutefois essentiellement dit les mêmes choses que son entraîneur quelques heures plus tard. «Je n'ai pas trafiqué le ballon d'aucune façon», a soutenu le quart-arrière.

«J'ai toujours respecté les règlements. Je n'enfreindrais jamais les règles», a dit Brady, qui n'aurait toujours pas été rencontré par les représentants de la NFL qui mènent l'enquête.

La ligue reste avare de commentaires pendant qu'elle poursuit son enquête. Selon l'information qui a circulé au cours des deux derniers jours, la Ligue prévoyait déjà enquêter sur les ballons des Patriots avant même le début du match de dimanche dernier. Les 12 ballons des Patriots n'étaient pas suffisamment gonflés, alors que les 12 des Colts étaient conformes au règlement de la ligue.

Du lobbying de Brady et Manning

Plusieurs quarts-arrières, dont Aaron Rodgers et Brad Johnson, ont avoué qu'ils avaient altéré leurs ballons par le passé - mais avant de les avoir remis aux arbitres afin qu'ils les inspectent, pas après, ce qui est évidemment fort différent... Les ballons des Patriots auraient été conformes au règlement lorsqu'ils ont été inspectés par les arbitres, ce qui laisse supposer qu'ils ont été altérés par la suite.

Selon le site profootballtalk.com, Brady et Peyton Manning ont fait du lobbying auprès de la ligue en 2006 afin qu'elle adopte un nouveau règlement permettant aux équipes visiteuses de fournir leurs propres ballons lors des matchs, ce que le circuit a accepté de faire. Auparavant, l'équipe locale fournissait les ballons pour les deux équipes.

Selon plusieurs anciens joueurs de la NFL, la ligue n'aura d'autre choix que de punir les Patriots sévèrement.

Troy Aikman, ancien quart étoile des Cowboys de Dallas, estime même que leurs sanctions devraient être plus sévères que l'ont été celles des Saints de La Nouvelle-Orléans dans le scandale du Bountygate. Rappelons que l'entraîneur-chef des Saints, Sean Payton, avait été suspendu pour une saison.

«Ils [les Saints] ne se sont pas donné un avantage compétitif. C'est la deuxième fois, et peut-être même la troisième, que les Patriots ont triché et qu'ils se sont donné un avantage compétitif sous les ordres de Bill Belichick. À mes yeux, les sanctions pour les Patriots ou Bill Belichick devraient être plus sévères que l'ont été celles des Saints de La Nouvelle-Orléans», a dit Aikman à FOX Sports.

«Les sanctions devraient être très sévères pour les Patriots. C'est la deuxième fois qu'ils se font prendre à tricher. Je ne sais pas si ce serait suffisant de leur enlever un premier choix ou de les mettre à l'amende», a, quant à lui, dit l'ancien receveur des Steelers de Pittsburgh, Hines Ward, au Today Show.

Harbaugh confiant

Vertement critiquée pour la façon dont elle a mené certaines enquêtes ces dernières années, notamment dans le dossier du Spygate, la NFL s'assurera d'avoir bien mené celle-ci avant d'annoncer quoi que ce soit, peut-on présumer. Et John Harbaugh, entraîneur-chef des Ravens de Baltimore, est confiant que la ligue prendra les bonnes décisions.

«Je pense que la ligue fera un bon travail et qu'elle fera ce qui est bien et juste. Elle doit s'assurer que notre jeu soit joué avec intégrité, de la bonne façon, et qu'il n'y ait pas d'avantages injustes pour l'une ou l'autre des deux équipes. C'est l'essence du sport et du football. C'est l'obligation de la Ligue, et je suis convaincu qu'elle prendra ses responsabilités», a commenté Harbaugh à Sal Paolantonio, d'ESPN.

Les Ravens sont ceux qui auraient mis la puce à l'oreille aux Colts et à la ligue au sujet des ballons insuffisamment gonflés des Patriots après leur propre match éliminatoire contre eux, le 10 janvier.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer