Le supplice des Bears achève

Jay Cutler salue Drew Brees après la défaite... (Photo Charles Rex Arbogast, AP)

Agrandir

Jay Cutler salue Drew Brees après la défaite des Bears 31-15 aux mains des Saints la semaine dernière. Les jours de Marc Trestman et Cutler à Chicago semblent comptés.

Photo Charles Rex Arbogast, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Si les informations qui sortaient de Chicago il y a quelques semaines étaient justes, les chances que Marc Trestman soit de retour pour une troisième saison à titre d'entraîneur-chef des Bears en 2015 étaient bonnes. À présent, rien n'est moins sûr.

Après l'affreux match qu'ont joué les Bears, lundi soir, il serait même assez étonnant que l'ancien pilote des Alouettes ne soit pas remercié au terme de la saison. Selon le chroniqueur Jon Greenberg, du site ESPNChicago.com, la défaite de lundi contre les Saints devrait être la goutte de trop.

«Les Bears ne font pas que perdre des matchs comme le font normalement les équipes perdantes. Ils se font écraser et détruire. Bien qu'ils aient cinq victoires à leur fiche, ils ont plus l'air d'une équipe de 2-14 sur le terrain, les Raiders du Midway», a écrit Greenberg dans une chronique qui suggérait fortement aux Bears de congédier Trestman et le DG Phil Emery.

Jay Cutler a lancé trois autres interceptions et a été victime de sept sacs contre la défense des Saints, qui en arrachait depuis le début de la saison. Trestman n'a pas mieux paru lorsque les Bears ont raté un jeu truqué sur un botté de dégagement alors qu'ils n'avaient que 10 joueurs sur le terrain...

Trestman est d'abord reconnu pour deux choses: son expertise en attaque et sa capacité à améliorer et à soutirer le maximum des quarts-arrières qu'il a sous la main. Cutler et l'attaque des Bears ont brillé au-dessus des attentes lors de la première saison de Trestman, en 2013, mais leur jeu a considérablement régressé cette année.

Ce n'est toutefois pas Trestman qui a négocié un contrat de 7 saisons pour 126,7 millions avec Cutler pendant la saison morte. Cutler ne touchera bien sûr pas toute cette somme, mais de la façon dont l'entente est structurée, les Bears devront probablement garder le quart-arrière pour au moins deux autres saisons ou l'échanger. L'impact sur le plafond salarial serait trop grand s'ils libéraient Cutler avant 2017.

Le problème, c'est que les Bears ont clairement perdu confiance en Cutler. L'étrange épisode impliquant le coordonnateur offensif de l'équipe, Aaron Kromer, l'a démontré. Kromer a critiqué le quart-arrière sous le couvert de l'anonymat à Ian Rapoport, disant essentiellement au reporter du NFL Network que l'organisation doutait qu'elle pouvait gagner avec Cutler. Kromer a avoué à l'équipe qu'il était celui qui avait parlé à Rapoport quelques jours plus tard.

Trestman a décidé de remplacer Cutler par Jimmy Clausen pour le match de demain contre les Lions de Detroit. Une semaine après avoir soutenu que Cutler resterait le quart partant des Bears tant et aussi longtemps qu'il serait en santé. Une décision prise en désespoir de cause? Ça ressemble à ça. Comme si Trestman voulait démontrer que le vrai problème de l'équipe est Cutler avant de se faire indiquer la porte de sortie.

Or, d'autres exemples laissent croire que Trestman a perdu le contrôle de son équipe au cours des derniers mois. Brandon Marshall a enguirlandé Cutler devant leurs coéquipiers après une défaite contre Miami; Lamarr Houston a critiqué les partisans du club sur Twitter; et Martellus Bennett a récemment dit que plusieurs joueurs de l'équipe jouaient sans passion.

Des joueurs de l'équipe ont également critiqué Trestman anonymement cette semaine parce qu'ils jugeaient que Cutler avait été puni trop sévèrement pour ses mauvaises performances, alors que Kromer n'avait reçu qu'une petite tape sur les doigts après avoir violé des liens de confiance.

En raison des défaites qui se sont accumulées et de tout ce qui s'est déroulé à l'extérieur du terrain cet automne, Trestman risque probablement de ne pas revenir avec les Bears la saison prochaine. Et rappelons-nous que les Bears hésitaient entre lui et Bruce Arians en janvier 2013, ce qui n'aidera sûrement pas Emery à conserver son poste.

Une nouvelle formule pour les séries?

C'est quasi une certitude qu'une équipe de la NFC ratera les séries même si elle terminera la saison avec une fiche de 10-6 ou même de 11-5. Pendant ce temps, l'équipe qui finira au premier rang de la faible division Sud se préparera à présenter un match éliminatoire à domicile.

Tous les espoirs sont encore permis pour les Saints (6-8), les Panthers (5-8-1) et les Falcons (5-9). L'autre équipe de la division, les Buccaneers (2-12), est quant à elle officiellement éliminée depuis dimanche dernier...

En mars, la NFL proposera aux gouverneurs de ses 32 clubs de faire passer le nombre d'équipes qui participent aux séries de 12 à 14, et ce, dès la saison prochaine. On dit que la ligue proposera également de changer sa formule pour classer les équipes avant le tournoi éliminatoire.

Si les changements en question sont adoptés, seule l'équipe avec la meilleure fiche dans chacune des deux conférences obtiendra un laissez-passer en première ronde, contrairement à deux actuellement. Les deux autres meilleurs champions de division de chacune des deux conférences seront quant à eux assurés de jouer un match à domicile lors du tour initial.

Les quatre autres équipes de chaque conférence qui participeraient aux séries seraient ensuite classées selon leur fiche. Donc, ce sera probablement la dernière fois en janvier qu'une équipe avec une fiche de .500 ou moins disputera un match de séries à domicile. Mais ce sera une bien mince consolation pour l'équipe qui ratera les séries parmi les Eagles, les Lions, les Cowboys, les Packers et les Seahawks.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer