ANALYSE

Brandon Banks et le sens du timing

Brandon Banks a été la vedette incontestée du... (Photo Mark Blinch, Reuters)

Agrandir

Brandon Banks a été la vedette incontestée du match, réussissant deux longs retours de botté dans la zone des buts de 93 et 88 verges.

Photo Mark Blinch, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Hamilton) Au football, il est plutôt rare qu'un joueur parvienne à vaincre toute une équipe presque à lui seul. C'est pourtant l'exploit qu'a réussi Brandon Banks, hier, contre les Alouettes.

En seulement cinq retours de bottés de dégagement, le receveur des Tiger-Cats a récolté un ahurissant total de 226 verges, inscrivant du même coup un record de la Ligue canadienne de football. Ses deux touchés lui ont aussi permis d'égaler le record établi par Larry Taylor en 2008 pour un match éliminatoire.

Mais au-delà de ces deux majeurs, c'est surtout les moments où Banks les a réussis qui a changé le cours de cette finale de l'Est. Le premier est survenu avec moins de 30 secondes à jouer en première demie, pendant que Montréal était en avance, tandis qu'il a marqué son second à environ cinq minutes de la fin du match, alors que les Als semblaient prêts à orchestrer une remontée.

Chaque fois, cela a eu pour effet de saper tout le dynamisme qui pouvait animer les Moineaux. Certains diront que cette notion relève parfois du cliché, il reste qu'elle peut souvent faire la différence. Comme on a pu le constater hier.

Failles mises en évidence

Malgré tout le talent de Banks, sa performance a de nouveau mis en lumière les nombreux problèmes qui affligent les unités spéciales des Alouettes depuis déjà un bon moment.

Sans vouloir accuser directement Tom Higgins, qui dirige les unités spéciales en plus d'être entraîneur-chef, et sans dire qu'il s'agit de la seule solution, ce pourrait être une bonne idée d'embaucher un coordonnateur à temps plein pour la saison prochaine.

«Quand j'ai été engagé, ce n'est pas quelque chose que j'avais l'intention de faire. J'ai choisi de m'en occuper parce qu'il n'y avait personne d'autre. Je sais que ce n'est jamais l'affaire d'une seule personne, mais il y aura sans doute une restructuration, comme il y en a toujours», a d'ailleurs indiqué Higgins après la rencontre.

Force de caractère

On se doit aussi d'imputer une part du blâme à Jonathan Crompton. Bien qu'il ait connu son premier match de 300 verges dans la LCF et qu'il ait réussi trois passes de touché, le quart des Als a surtout lancé trois interceptions, qui ont toutes mené à des points pour les Tiger-Cats (deux touchés et un placement).

Évidemment, Nic Grigsby a aussi donné un bon coup de pouce aux Ticats avec deux touchés. Pourtant, leur attaque a été plutôt tranquille dans l'ensemble. Zach Collaros n'a lancé que pour 199 verges et n'a complété aucune passe de touché. Et son équipe a néanmoins trouvé le moyen d'inscrire 40 points au tableau...

Quoi qu'il en soit, la saison 2014 des Alouettes nous aura permis de constater l'immense force de caractère qui règne au sein de cette formation. On l'a répété ad nauseam, mais ce ne sont pas toutes les équipes qui auraient pu atteindre la finale de l'Est après avoir présenté une fiche de 1-7.

Le conte de fées s'est peut-être terminé en queue de poisson, mais l'expérience acquise au cours de cette année rocambolesque ne pourra qu'être profitable aux joueurs, surtout les jeunes. Une fois que la plaie de la défaite sera refermée.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer