Les Alouettes sans pitié pour les Lions

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans les jours qui ont précédé l'affrontement de dimanche entre les Alouettes et les Lions de la Colombie-Britannique, l'entraîneur-chef des Montréalais, Tom Higgins, a dit espérer une explosion offensive de la part de ses troupes à l'occasion du début des séries éliminatoires. Le moins qu'on puisse dire, c'est que son souhait a été exaucé.

Les Moineaux ont dominé leurs adversaires du début à la fin de la rencontre pour signer leur victoire la plus convaincante de la saison, une raclée de 50-17, devant une maigre foule de 15 107 spectateurs au stade Percival-Molson.

«Tout a cliqué pour nous durant ce match. C'est la première fois que nous disputons un match complet tous ensemble, et vous voyez le résultat», s'est réjoui le receveur Duron Carter.

C'est donc dire que les Alouettes ont maintenant rendez-vous avec les Tiger-Cats à Hamilton, dimanche prochain, pour disputer la finale de la division Est.

«Nous sommes en mission. Ce match est terminé. Il n'y a aucune satisfaction. Nous avons une mission à Hamilton la semaine prochaine. Ils ont gagné (la dernière), mais nous allons gagner la prochaine», a d'ailleurs prévenu le secondeur Bear Woods.

Atroce Kevin Glenn

Après un premier quart sans histoire qui s'est terminé 1-0 en leur faveur, les Alouettes ont ouvert la machine offensive au deuxième. Jonathan Crompton (14 en 21, 155 verges, 2 passes de touché, 1 interception) a d'abord lancé une passe de touché de 10 verges à S.J. Green, avant de récidiver avec l'aide de Duron Carter, cette fois sur 16 verges.

Il faut dire que les Als ont reçu un bon coup de main de Kevin Glenn (6 en 18, 64 verges, 2 interceptions), qui a connu un match on ne peut plus horrible.

Ainsi, la timide réplique des Lions est venue de la part du bon vieux Paul McCallum, qui a réussi un placement de 30 verges.

Quelques flocons de neige se sont mis à tomber sur le terrain durant la mi-temps. Ce n'était toutefois rien pour refroidir les ardeurs des Moineaux. Bien au contraire, en fait.

Humiliation en règle

Les Als ont continué de se moquer des Lions, grâce entre autres à Tanner Marsh. Le quart réserviste a porté le ballon sur deux verges pour inscrire le troisième touché de son équipe.

Puis, Brandon Rutley, inséré dans l'alignement en remplacement de Tyrell Sutton, blessé, a lui aussi ajouté un majeur au terme d'une course de trois verges. Le jeune demi a d'ailleurs connu un fort match, en s'illustrant par sa vitesse et sa polyvalence sur le terrain.

«J'attends ma chance depuis que je suis ici. Je me prépare chaque semaine. Je suis sans mots, c'était incroyable», a lancé Rutley, visiblement satisfait de la tournure des événements.

Les Alouettes allaient-ils s'arrêter là? Bien sûr que non. Marsh - encore lui - a marqué son deuxième touché du match en se faufilant sur une verge jusque dans la zone des buts. Son coéquipier Chris Rainey a par la suite mis son grain de sel au pointage à son tour en détalant sur 64 verges.

La défense s'est aussi assurée d'apporter sa contribution. Alors qu'il restait encore près de 11 minutes à faire au match, Jerald Brown a récupéré un ballon échappé par Stefan Logan et s'est payé une course de 103 verges jusque dans la zone des buts, établissant du même coup un record d'équipe pour un match éliminatoire.

Travis Partridge (7 en 11, 38 verges), venu en relève à Glenn, a lancé des passes de touché à Shawn Gore et Ernest Jackson en fin de match, mais tout cela ne voulait plus rien dire. Le sort des Lions était décidé depuis longtemps déjà.

Parions maintenant que les Oiseaux voudront venger leur défaite de la semaine dernière contre les Tiger-Cats, qui leur avait coûté un laissez-passer pour la finale de l'Est.

«Hamilton a contrôlé la ligne de mêlée lors du dernier match. De toute évidence, ils sont à l'aise chez eux, puisqu'ils n'ont pas encore perdu à domicile. (...) Il risque fort d'y avoir du vent la semaine prochaine. Nous sommes désormais mieux préparés à faire face à ce genre de conditions», a indiqué Tom Higgins.

_______________________________________________________

Ils ont dit

> Bear Woods: «C'est une victoire d'équipe. Notre attaque a été en mesure d'inscrire des points et de tenir l'autre équipe à l'écart. Ç'a été plutôt rare cette année d'avoir ce genre de soutien de la part de l'attaque. Notre défense a pu profiter d'un peu de répit, de sorte que nous avons été en mesure de jouer à un niveau élevé pendant tout le match.»

> Marc-Olivier Brouillette: «On a très bien joué, mais je ne suis pas très satisfait de la façon dont nous avons terminé le match. Peu importe la situation, peu importe le pointage, il faut finir du bon pied. Nous avons laissé des jeux importants se produire alors que ça n'aurait pas dû être le cas.»

> Jerald Brown: «C'est agréable de pouvoir connaître du succès sur les trois phases du jeu. Nous essayons de jouer du football de championnat, et nous allons continuer de le faire.»

> Marc-Olivier Brouillette: «On était dans une situation où on avait notre dos contre le mur. Ce sont les séries. Il fallait qu'on livre notre meilleure performance. Je pense que les gars étaient en confiance en arrivant dans le match. Il fallait sortir en force tôt dans la rencontre, et on a su résister à tout ce qu'il y avait.»

> Jerald Brown: «Il nous reste deux semaines. Nous pourrons célébrer une fois que la saison sera terminée. On pourra savourer (la victoire) pour trois ou quatre heures, mais ensuite, c'est l'heure d'aller à Hamilton.»

> Tom Higgins: «Il y a plusieurs choses que vous ne pouvez contrôler lorsque vous pratiquez des sports, mais il y en a deux que vous pouvez contrôler: votre attitude et votre effort. C'est quelque chose dont nous avons parlé toute la saison.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer