La persévérance selon Bear Woods

Bear Woods a gagné le respect et l'admiration... (Photo André Pichette, La Presse)

Agrandir

Bear Woods a gagné le respect et l'admiration de ses coéquipiers.

Photo André Pichette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

S'il y a un joueur chez les Alouettes qu'on ne pourra jamais accuser de manquer de détermination et de persévérance, c'est certainement Bear Woods.

Depuis son arrivée à Montréal en 2011, le secondeur s'est retrouvé à l'infirmerie plus souvent qu'à son tour. Il a notamment raté toute la saison 2012, en plus de la moitié de 2013. Il croyait bien s'être débarrassé de cette guigne en arrivant au camp d'entraînement l'été dernier, mais il s'est plutôt retrouvé sur la liste des blessés dès la deuxième journée, après s'être étiré le muscle ischio-jambier.

«C'était terrible. Rendu là, je me demandais si c'était une blague», admet Woods en entrevue avec La Presse.

Son moral en a pris pour son rhume, on le comprendra. Mais plutôt que de se laisser abattre, le numéro 48 a plutôt redoublé d'ardeur au travail.

«Ce fut en quelque sorte utile d'être sur la touche, puisque ça m'a permis d'apprendre le football canadien au cours des deux dernières années. Mais je me suis toujours attendu à réussir ce que je fais, et de faire partie d'une bonne défense me permet de réussir plusieurs jeux», observe Woods.

Le moins qu'on puisse dire, c'est que ses efforts ont porté leurs fruits. En 10 matchs cette saison, le joueur natif de la Floride a réussi sept sacs et une interception. Il est également le meneur chez les Als avec 70 plaqués, soit 5 de plus que Chip Cox.

«Que ce soit lorsque j'étais à l'université à Atlanta ou encore ici, je me suis toujours dit qu'une fois que je sauterais sur le terrain, je n'allais jamais le quitter. Que je serais productif dès que j'y poserais le pied», affirme Woods.

Pas une surprise pour Noel Thorpe

Si certains ont pu être surpris de voir Woods revenir au jeu de façon aussi éclatante, ce ne fut toutefois pas le cas de Noel Thorpe.

«Pendant toute la période où il était blessé, Bear Woods se préparait pour le moment où il serait en santé. L'an dernier, quand il était sur la touche, il arrivait à 6h et il partait vers 18h30. Il a fait ce qu'il avait à faire pour se préparer lorsqu'il ne jouait pas. Il n'y a aucun doute que ce que vous voyez est le fruit de tout le dur labeur qu'il a accompli», explique le coordonnateur défensif.

En plus d'être d'une efficacité redoutable sur le terrain, Woods a aussi gagné le respect et l'admiration de ses coéquipiers dans le vestiaire.

«Les gars remarquent les efforts qu'il fait et le travail qu'il accomplit, souligne Thorpe. Vous le voyez réussir des jeux car il possède un excellent instinct sur le terrain et il fournit de très bons efforts. Il sait que s'il se rend jusqu'au ballon, de bonnes choses vont se produire.»

Les Alouettes ne sont pas les seuls à avoir remarqué le travail de Woods. Mardi, la LCF l'a nommé joueur défensif par excellence du circuit pour le mois d'octobre. Il a ainsi enlevé cet honneur pour un deuxième mois consécutif.

On ignore évidemment s'il finira par être sacré joueur défensif de l'année. Des adversaires de taille, comme Solomon Elimimian (Vancouver), Odell Willis (Edmonton) et John Chick (Saskatchewan), se dressent devant lui. Mais s'il devait être l'élu, Woods estime qu'il s'agira d'un coup de chapeau à l'ensemble de l'unité défensive des Als.

«Le simple fait d'être en nomination me rendrait très fier, car ça démontrerait le succès que nous avons eu sur le plan défensif, fait-il valoir. Vous ne voyez pas beaucoup de joueurs évoluant au sein d'une mauvaise défense recevoir cette reconnaissance. Ce serait une récompense pour notre défense si on ne faisait que songer à me décerner ce titre.»

***

Les Alouettes font appel à la générosité de leurs partisans au stade Percival-Molson, dimanche, à l'occasion du Blitz contre la faim. Cette collecte annuelle vise à amasser des dons en argent et des denrées non périssables remis à l'organisme Jeunesse au Soleil. Les conjointes des joueurs recueilleront ces dons à chaque entrée du stade, de 10h30 jusqu'à la fin du premier quart. Les partisans sont invités à se présenter tôt au match en raison des nouvelles mesures de sécurité mises en place à la suite des événements survenus à Saint-Jean-sur-Richelieu et à Ottawa la semaine dernière. Le botté d'envoi du match contre les Argonauts de Toronto est prévu pour midi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer