Alouettes: l'embauche de Chris Rainey soulève des questions

Chris Rainey... (Photo Tim Heitman, archives USA Today Sports)

Agrandir

Chris Rainey

Photo Tim Heitman, archives USA Today Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En général, il est plutôt rare que l'arrivée d'un joueur dans l'équipe d'entraînement des Alouettes fasse beaucoup jaser. Celle du demi offensif Chris Rainey, qui fait partie d'une cohorte de six joueurs embauchés lundi, suscite toutefois quelques questions.

Repêché en cinquième ronde par les Steelers de Pittsburgh en 2012, ces derniers l'ont libéré en janvier 2013 après qu'il eut été accusé de voies de fait envers sa conjointe. Les accusations ont cependant été retirées par la suite.

Quelques mois plus tard, Rainey s'est entendu avec les Colts d'Indianapolis. Il n'a disputé que trois matchs avec le club. On lui a indiqué la sortie au mois de juillet pour avoir enfreint une politique d'équipe. Sur son compte Twitter, dans des messages supprimés depuis, il a laissé entendre que lui et son coéquipier Dan Herron s'étaient amusés avec un extincteur de l'hôtel où ils habitaient.

Rainey s'est joint à l'équipe d'entraînement des Cardinals de l'Arizona le 9 septembre dernier, mais il a de nouveau été libéré à peine une semaine plus tard. Son renvoi faisait suite à celui de Jonathan Dwyer, accusé d'avoir battu sa conjointe.

Un «dossier vierge»

Bref, Rainey semble avoir le don de faire parler de lui pour les mauvaises raisons partout où il passe. Et à l'heure où la réputation de la NFL est mise à mal avec de nombreuses histoires de violence conjugale impliquant certains de ses joueurs, l'arrivée de Rainey dans le nid des Moineaux a de quoi faire sourciller.

L'entraîneur-chef Tom Higgins souligne toutefois que les Als se sont sérieusement penchés sur la question et qu'ils ont convenu d'accorder un «dossier vierge» à Rainey. Ce qui ne veut pas dire qu'ils ne l'auront pas à l'oeil.

«Nous allons lui donner des occasions pour voir s'il peut se conformer à nos règlements et nous aider en cours de route, que ce soit cette année ou l'an prochain», a expliqué le pilote.

«Nous avons une conscience et nous prenons tous ceux que nous amenons ici au sérieux, a-t-il poursuivi. Nous voulons avoir de bons joueurs, mais aussi de bons citoyens. (...) Nous avons des joueurs qui ont des antécédents et qui ont été des citoyens modèles depuis. Je crois que tout le monde mérite une seconde chance.»

Peu avant l'entraînement d'hier, l'équipe a d'ailleurs assisté à une présentation d'une heure donnée par le Bouclier d'Athéna, organisme qui vient en aide aux femmes victimes de violence conjugale.

«L'information que nous avons recueillie nous a rappelé que nous avons tous une responsabilité sociale. Que ce soit un ami, un parent ou qui que ce soit que vous connaissez, vous ne pouvez demeurer les bras croisés. Vous devez vous assurer d'intervenir, car la pire chose que vous pouvez faire est de rester silencieux», a noté Higgins.

Rainey n'a pas rencontré les médias au terme de l'entraînement, hier après-midi, malgré plusieurs demandes en ce sens.

Les devoirs ont été faits, dit Popp

De son côté, le directeur général des Alouettes, Jim Popp, martèle qu'il a fait toutes les vérifications nécessaires afin de s'assurer que Rainey ne représenterait pas un problème. C'est d'ailleurs lui qui a milité en faveur de son embauche, après l'avoir rencontré et entendu des commentaires élogieux de la part de gens l'ayant dirigé.

«Nous faisons de notre mieux pour examiner le passé de chaque joueur. Nous avons posé toutes les questions difficiles», a-t-il souligné en entrevue avec La Presse.

Rappelant que Rainey n'avait aucun casier judiciaire, Popp a indiqué qu'on lui avait décrit le joueur comme étant un individu apprécié de ses pairs et au tempérament farceur. «Il s'est peut-être déjà mis les pieds dans les plats à cause de ça», lance-t-il en riant.

Le DG insiste aussi pour dire que Rainey sera évalué au même titre que n'importe quel autre joueur, «pas seulement sur ses habiletés, mais aussi sur sa personnalité».

«Nous n'accepterons jamais la violence conjugale. Ça ne veut pas dire qu'on ne donnera jamais de seconde chance à personne», conclut Popp.

Mentionnons enfin que le receveur Duron Carter a dû s'absenter de l'entraînement d'hier en raison de maux d'estomac. Pour sa part, le secondeur Kyries Hebert (ischio-jambier) y était, mais il ne s'est pas entraîné avec ses coéquipiers.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer