Alouettes: Jeff Garcia à Montréal pour aider l'attaque

Jeff Garcia s'est entrenu hier à plusieurs reprises... (PHOTO CATHERINE LEFEBVRE COLLABORATION SPÉCIALE)

Agrandir

Jeff Garcia s'est entrenu hier à plusieurs reprises avec Troy Smith pendant l'entraînement de l'équipe.

PHOTO CATHERINE LEFEBVRE COLLABORATION SPÉCIALE

Non, Jeff Garcia ne s'est pas amené à Montréal pour devenir le nouveau quart-arrière des Alouettes. Embauché le week-end dernier, l'ancien joueur de la LCF et de la NFL est essentiellement avec l'équipe pour deux choses: déterminer si le métier d'entraîneur lui convient et aider la pitoyable attaque des Als.

Et l'amélioration de l'attaque passe par celle de Troy Smith, qui semble avoir perdu tous ses moyens après trois performances désastreuses en cinq matchs. Garcia s'est d'ailleurs entretenu avec Smith à plusieurs reprises pendant l'entraînement des Alouettes, hier.

«Troy a gagné le trophée Heisman et beaucoup de matchs au fil de sa carrière. Alors on doit déterminer pourquoi il connaît actuellement des difficultés. Qu'est-ce qui est différent? On doit le rassurer et lui rappeler qu'il a le talent et les outils nécessaires pour être très bon dans la LCF», a expliqué Garcia.

«Au bout du compte, c'est la maîtrise du jeu qui dicte tout le reste. Si on est prêt mentalement, l'aspect physique suivra. Lorsqu'un joueur atteint les rangs professionnels, c'est parce qu'il a démontré qu'il possédait les habiletés pour y connaître du succès. Mais il doit continuer d'apprendre et de s'améliorer», a enchaîné Garcia, qui veut entre autres améliorer la prise de décisions de Smith dans le feu de l'action.

«Je veux d'abord simplifier le jeu pour Troy et les autres quarts-arrières de l'équipe. Lorsqu'on pense trop sur le terrain, on commet des erreurs, car on ne joue pas à la vitesse nécessaire. Le jeu de nos quarts doit être plus décisif et rapide.»

Il accepterait de jouer

Même s'il a commencé à grisonner, Garcia ne fait pas ses 44 ans. En excellente forme physique, le Californien estime qu'il serait encore capable de bien jouer dans la LCF. Il ne cache d'ailleurs pas qu'il accepterait de relever le défi si les Als le lui proposaient.

«Ce serait difficile de refuser, et j'attaquerais le défi de plein front. Mais ils ne m'ont pas parlé de cette possibilité, et ce n'est pas ce que je recherche», a précisé Garcia.

«Il n'est pas ici pour jouer. Il est ici afin de savoir s'il veut pratiquer la profession d'entraîneur ou non. Il a terminé sa carrière de joueur, même s'il est en bonne forme physique et qu'il est encore capable de bien lancer le ballon», a indiqué l'entraîneur-chef Tom Higgins.

Depuis qu'il a pris sa retraite de joueur, Garcia a notamment été analyste au réseau NFL Network. Il entraîne également des quarts-arrières dans la région de San Diego, où il habite avec sa femme et leurs quatre jeunes enfants. Le rouquin veut profiter de son séjour avec les Alouettes pour voir si la vie d'entraîneur lui conviendrait.

«Mon père était un entraîneur, alors je connais très bien les exigences de la profession. Cette occasion me permettra de voir si je suis prêt à sacrifier certaines choses afin de faire carrière dans le coaching. Je sais déjà que ce ne sera pas facile d'être éloigné de ma famille pendant mon séjour avec les Alouettes.»

S'il décide de faire carrière sur les lignes de côté, Garcia ne doute cependant pas qu'il pourrait connaître du succès. «Je connais très bien le jeu et je serais capable de transmettre ma passion pour ce sport aux joueurs.»

Un courriel de Popp

Moins de 24 heures après avoir vu son équipe être rossée par les Argonauts de Toronto au stade Percival-Molson, Jim Popp a pris contact avec Garcia. Le DG avait aussi embauché deux consultants en Turk Shonert et Don Matthews dans les jours précédents.

«Jim m'a envoyé un courriel, samedi, au sujet d'un jeune joueur, et il en a profité pour me demander si je souhaitais me joindre au groupe d'entraîneurs de l'équipe», a raconté Garcia, qui a mis en place une bonne relation avec le directeur général au cours des dernières années.

«Je l'ai contacté à quelques reprises afin de lui parler de certains joueurs que j'entraînais et j'ai vu sa première victoire de la saison à titre d'entraîneur-chef des Alouettes l'année dernière, alors que j'étais sur un vol. Je l'ai félicité par courriel et on a gardé contact depuis ce temps.»

Pour la deuxième année consécutive, l'attaque des Alouettes est supervisée par plus d'une personne, ce qui est inhabituel. Après Mike Miller et Doug Berry en 2013, c'est au tour de Ryan Dinwiddie, Shonert et Garcia de tenter de relancer l'unité.

«Ce n'est probablement pas la situation à laquelle l'organisation s'attendait, mais elle essaie de trouver des solutions. Je ne suis pas ici pour déranger ou pour voler le job de qui que ce soit. Je suis ici pour conseiller et pour aider, et je crois que Turk a la même approche. Ryan est l'entraîneur des quarts et le coordonnateur offensif, alors c'est lui qu'on suit», a cependant tenu à préciser Garcia.




Rondelle Libre >

123302:liste;4317250:box; 300_billet-brunet.tpl:file;
la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer