Chad Johnson à Montréal: fiction ou réalité?

Chad Johnson a connu ses meilleures années dans... (PHOTO ARCHIVES ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

Chad Johnson a connu ses meilleures années dans l'uniforme des Bengals. Depuis, c'est le chaos sur le terrain et dans sa vie personnelle.

PHOTO ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Selon TSN, les Alouettes auraient inscrit le nom de Chad Johnson sur leur liste de négociation. Ils détiendraient ainsi les droits sur l'ancien receveur étoile de la NFL s'il décidait de poursuivre sa carrière dans la LCF.

Celui qui a légalement changé son nom pour Ochocinco en 2008 avant de redevenir Chad Johnson quatre ans plus tard a laissé planer le doute quant à sa possible venue à Montréal avec quelques messages plus ou moins clairs sur son compte Twitter, jeudi. La Presse a tenté de communiquer avec lui, sans succès.

Johnson est le meneur de tous les temps pour les verges par la passe des Bengals de Cincinnati, l'équipe qui l'a repêché en 2002. Au cours de ses 10 saisons avec eux, l'ailier espacé a capté 751 passes pour 10783 verges. De 2003 à 2009, il a marqué sept touchés ou plus chaque saison, sauf une. Les choses vont par contre nettement moins bien pour Johnson depuis quelques années.

Échangé aux Patriots de la Nouvelle-Angleterre en retour de deux choix au repêchage en 2011, Johnson n'a disputé qu'une seule saison à Foxboro, sa dernière dans la NFL. Il n'a saisi que 15 passes pour 276 verges et les Patriots l'ont libéré l'été suivant.

Johnson s'est joint aux Dolphins quelques jours après avoir été remercié par les Patriots, mais son séjour avec l'équipe de Miami n'aura duré qu'environ un mois. Moins de 24 heures après que Johnson eût été arrêté pour violence conjugale, en août 2012, les Dolphins l'ont libéré à leur tour. L'entraîneur-chef Joe Philbin a informé Johnson qu'il était congédié alors que les caméras de l'émission Hard Knocks tournaient...

Johnson et sa femme Evelyn Lozada ont divorcé à la suite de l'arrestation du receveur, qui a toutefois pu éviter l'emprisonnement. Mais Johnson n'a pas respecté les conditions de sa période de probation d'un an et s'est à nouveau retrouvé en cour l'année suivante.

Après qu'il eût donné une tape sur le derrière de son avocat en pleine cour, en juin de l'année dernière, la juge Kathleen McHugh l'a condamné à 30 jours de prison. Johnson n'a purgé qu'une semaine de sa peine après s'être excusé auprès de la juge.

Publicité et visibilité

Même s'il n'a pas joué depuis plus de deux ans, Johnson a souvent dit qu'il demeurait en excellente forme physique au cours de la dernière année, un peu comme le fait son pote Terrell Owens, qui est lui aussi au chômage depuis quelques années.

Johnson n'est certainement plus le receveur qu'il était il y a six ou sept ans. La preuve, c'est qu'aucune équipe de la NFL ne lui a offert un contrat depuis qu'il a été remercié par les Dolphins. Mais s'il devait s'amener à Montréal, les Alouettes pourraient être convaincus d'une chose sa présence leur donnerait beaucoup de publicité et de visibilité des deux côtés de la frontière. Comme showman, Johnson n'a pas son égal.

Qui ne se souvient pas de ses fameuses célébrations d'après-touché? La plus mémorable étant, bien sûr, lorsqu'il a enfilé un manteau sur lequel était inscrit «Future H.O.F. 20??». Les trois lettres étaient pour Hall of Fame.

La place de Johnson au temple de la renommée de la NFL est loin d'être acquise, mais il a toujours été une étoile à l'extérieur du terrain. Il n'y a pas le moindre doute à cet égard.

Johnson a participé à l'émission Dancing with the Stars. Owens et lui ont partagé la vedette dans le T.Ocho Show, une émission dans laquelle les deux receveurs commentaient le sport et la culture populaire américaine. Il a fait de courtes apparitions dans quelques films, et a même eu sa propre émission de téléréalité (Ochocinco: The Ultimate Catch), qui devait lui permettre de trouver l'âme soeur.

Joueur de soccer assidu à l'enfance et à l'adolescence, Johnson a profité du lock-out de la NFL en 2011 pour prendre part à un essai avec le Sporting de Kansas City de la MLS. Il a aussi été présentateur lors d'un gala de lutte de la WWE, a participé à un rodéo, et a même gagné une course de 200 mètres contre un cheval de course (notons que Johnson est parti avec une avance de 100 mètres...).

Difficile à suivre

Bref, Johnson sait comment faire parler de lui. Il n'y a donc pas le moindre doute que sa présence au camp d'entraînement des Alouettes serait un très bon coup de marketing pour l'organisation.

Réussirait-il à se tailler une place dans la formation de Tom Higgins? Il possède probablement encore assez d'habiletés pour y parvenir. Cela dit, plusieurs anciens joueurs de la NFL ont été incapables de le faire au cours des dernières années, on n'a qu'à penser à Dominic Rhodes, Peter Warrick ou O.J. Santiago.

Si l'on se fie à ce qu'il a écrit sur Twitter, jeudi, Johnson semble ouvert à la possibilité de jouer dans la LCF, ce qui n'était pas le cas de Tim Tebow, l'année dernière. Sa venue au Canada ajouterait de la couleur à une ligue qui en manque.

Mais attendez un peu avant de faire broder son nom sur votre chandail des Alouettes. Johnson est un drôle de numéro, souvent difficile à suivre. Pour vous en convaincre, vous n'avez qu'à aller jeter un coup d'oeil sur son compte Twitter.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

la liste:123302:liste;la boite:4317250:box

Rondelle libre>

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer