Les Broncos peuvent-ils jouer sous pression?

Peyton Manning, le quart des Broncos.... (PHOTO Joe Mahoney, AP)

Agrandir

Peyton Manning, le quart des Broncos.

PHOTO Joe Mahoney, AP

Partager

Eddie Pells
Associated Press
ENGLEWOOD, Colorado

L'an dernier, les Broncos de Denver ont eu amplement de quoi s'entraîner: ils ont perdu des avances, gardé le pointage serré, ont joué des séries sans caucus en fin de match et ont trouvé des façons d'inscrire des victoires dans les dernières secondes de certaines rencontres.

Cette saison, on peut dire qu'à peu près la seule chose que les Broncos ont répétée en fin de match, c'est la formation victorieuse.

Avec une rencontre face aux Chiefs de Kansas City (2-13) pour conclure leur campagne, les chances que les Broncos (12-3) vivent une fin de match stressante sont minces, signifiant ainsi qu'ils pourraient bien amorcer les séries sans jamais avoir connu une fin de partie au cours de laquelle une séquence offensive couronnée de points aurait pu faire la différence.

Même Peyton Manning, qui aime répéter chaque situation, chaque scénario aussi souvent que possible, n'a pas été en mesure de leur donner l'entraînement nécessaire à sa nouvelle équipe à ce chapitre.

«Vous ne pouvez rien faire pour changer l'issue d'un match, a déclaré Manning. Vous tentez de simuler des situations de partie à l'entraînement, mais ce n'est jamais comme dans une rencontre. Alors c'est ce que l'entraîneur Fox et son personnel ont tenté de faire tout au long de la saison.»

Pour le coordonnateur à l'attaque Mike McCoy, les situations vues à l'entraînement ont leurs limites.

«Le plus important pour un entraîneur est de préparer votre équipe pour ces situations, a-t-il dit. On parle de ce type de séquence tous les jours. Mais si la situation se présente, qu'allons-nous faire?»

Après 15 matchs, les Broncos n'en ont pas disputé un seul qui se soit décidé dans les derniers instants. Deux de leurs trois revers ont été subis par moins d'un touché d'écart. Mais dans leur défaite de 27-21 contre les Falcons d'Atlanta, ils n'ont pas eu possession du ballon en fin de match. Quand ils se sont inclinés 31-25 contre les Texans de Houston, ils l'ont récupéré avec 20 secondes à faire, à leur ligne de 14. Après une passe complétée, un ballon jeté au sol et un jeu désespéré, les secondes étaient toutes écoulées.

Par la suite, les Broncos ont remporté 10 matchs d'affilée avec un écart moyen de 14 points. Trois de ces victoires l'ont été par huit points et deux autres par sept - des marques assez serrées pour donner l'occasion à la défense de s'entraîner à stopper l'équipe adverse et à l'attaque d'écouler les secondes avec des séries offensives utilisant en majorité des jeux au sol. Mais aucune série à l'attaque avec les secondes qui s'envolent, comme les a perfectionnées John Elway dans les années 1980 et 90.

La saison dernière, les Broncos, avec Tim Tebow au poste de quart, ont signé six victoires dans les dernières deux minutes de jeu d'une rencontre ou en prolongation.

Cette saison, Manning a orchestré trois séquences victorieuses au quatrième quart pour porter son total en carrière à 48, le plus haut total dans le circuit depuis la fusion de 1970. Mais aucune de ces trois séries n'a été bien stressante.

La fois où les Broncos ont pris les devants le plus tard dans une rencontre, il restait encore 9:03 à jouer. C'était le 15 octobre contre les Chargers de San Diego. Les Broncos avaient alors comblé un déficit de 24 points pour l'emporter 35-24. C'est cette victoire qui a amorcé leur série de succès.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:2500684:box

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer