• Accueil > 
  • Sports > 
  • Baseball 
  • > Temple: Joe Morgan demande de ne pas admettre les utilisateurs de stéroïdes 

Temple: Joe Morgan demande de ne pas admettre les utilisateurs de stéroïdes

Joe Morgan est vice-président du conseil d'administration du Temple de... (Photo Mike Groll, archives AP)

Agrandir

Joe Morgan est vice-président du conseil d'administration du Temple de la renommée du baseball.

Photo Mike Groll, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jay Cohen
Associated Press

Joe Morgan demande aux électeurs de ne pas faire entrer d'utilisateurs de stéroïdes anabolisants au Temple de la renommée du baseball.

Le deuxième-but, dont le visage orne une plaque à Cooperstown, a plaidé son point de vue dans une lettre qu'il a transmise aux membres de l'Association des chroniqueurs de baseball d'Amérique (BBWAA) 24 heures après que le Temple eut publié son bulletin en vue du prochain scrutin.

«Les utilisateurs de stéroïdes n'ont pas leur place ici, écrit l'homme de 74 ans, qui est vice-président du conseil d'administration du Temple, Ce qu'ils ont fait ne devrait pas être accepté.»

Les électeurs doivent composer avec cette nouvelle réalité depuis quelques années déjà. Le baseball a mené des tests de façon anonyme en 2003 et a commencé à tester ses athlètes - et à sanctionner les tricheurs - l'année suivante. Les accusations touchant certains des candidats à l'élection varient de simples allégations sans preuve à des tests positifs menant à des suspensions.

Quelque 430 bulletins de vote ont été transmis aux membres admissibiles de la BBWAA, soit ceux qui sont membres depuis 10 ans ou plus. Un joueur doit voir son nom inscrit sur 75% de ces bulletins pour être élu. Les bulletins de votes doivent être retournés avant le 31 décembre. Les résultats seront divulgués le 24 janvier.

Les scribes qui n'ont pas couvert le baseball depuis plus de 10 ans ont été exclus du vote depuis 2015. Cela a eu pour effet de créer un électorat plus jeune, qui a démontré une plus grande ouverture à voter pour des joueurs dont la réputation a été entachée par des accusations de dopage. Barry Bonds et Roger Clemens ont tous deux obtenu plus de 50 pour cent de votes pour la première fois en 2017, à leur cinquième année d'éligibilité.

Dans sa missive envoyée d'une adresse courriel du Temple de la renommée, Morgan précise qu'il ne parle pas au nom de tous ceux admis à Cooperstown, mais que plusieurs partagent son opinion.

«Les joueurs ayant échoué des tests antidopage, qui ont admis avoir utilisé des stéroïdes, ou qui ont été identifiés comme des utilisateurs dans l'enquête du Baseball majeur sur l'utilisation de stéroïdes, le Rapport Mitchell, ne devraient pas être admis, ajoute Morgan. Ces critères sont ceux que plusieurs joueurs et moi estimont justes.»

Jeff Bagwell, Tim Raines et Ivan Rodriguez ont été admis l'an dernier, en plus de l'ex-commissaire Bud Selig et de l'ex-dirigeant des Royals de Kansas City et des Braves d'Atlanta John Schuerholz, élus par le comité des vétérans.

Pour certains journalistes, l'élection de Selig, qui était à la tête du sport pendant toute l'ère des stéroïdes, a influencé leur opinion au sujet de l'admission ou non de joueurs à la réputation entachée.

Morgan a encensé les électeurs et a admis qu'ils s'agissait «d'un sujet épineux», les prévenant que certains membres duTemple de la renommée pourraient ne pas se rendre à Cooperstown pour la cérémonie d'intronisation si certains utilisateurs de sétroïdes étaient élus.

«La tricherie qui a sali cette époque est également en train de souiller le Temple, note-t-il. Le Temple de la renommée a une trop grande importance à nos yeux pour que nous laissions passer cela. Si ces joueurs sont admis, cela divisera les membres et diminuera (la valeur d'une élection) au Temple, ce que nous ne pourrions endurer.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer