Les releveurs auront encore leur importance en séries

Le releveur étoile des Indians de Cleveland, Andrew... (Photo Lynne Sladky, archives AP)

Agrandir

Le releveur étoile des Indians de Cleveland, Andrew Miller.

Photo Lynne Sladky, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Noah Trister
Associated Press

À la même époque l'an dernier, les Indians de Cleveland donnaient un avant-goût des éliminatoires.

Le gérant Terry Francona faisait appel au releveur nouvellement obtenu Andrew Miller à toutes les sauces, et pour plus d'une manche si nécessaire. Cette approche a finalement aidé les Indians à gagner la série de championnat de la Ligue américaine et Miller a été nommé le joueur par excellence de la série.

Les Indians sont les plus récents à avoir démontré l'importance d'un bon enclos de releveurs en éliminatoires, mais ce ne sont pas toutes les équipes qui peuvent compter sur un infatigable releveur étoile comme Miller. Voici un aperçu de quatre autres équipes qui sont presque assurées d'une place en séries cette année et la façon dont ils pourraient miser sur leurs releveurs.

Dodgers: Kenley Jansen est peut-être le meilleur releveur de tout le baseball, et il a effectué 51 lancers dans la série de section contre les Nationals de Washington l'an dernier. Le gérant Dave Roberts sait qu'il peut compter sur lui pour plus d'une manche. Fait intéressant cette année, les Dodgers semblent avoir un excédent de partants, Roberts pourrait donc convertir au moins l'un d'entre eux (Rich Hill? Kenta Maeda?) en releveur capable d'officier plusieurs manches.

Astros: Il s'agit de l'équipe qui ressemble peut-être le plus aux Indians de 2016. Les Astros s'appuieront sur leur as partant Dallas Keuchel, mais il y a un vide après lui dans la rotation, ce qui signifie que leur personnel de releveurs jouera un rôle crucial. Ken Giles campe le rôle de spécialiste de la courte relève, mais Chris Devenski pourrait avoir son mot à dire. Il a lancé pendant quatre manches à chacune de ses deux premières présences en avril, et il est demeuré au monticule au moins deux manches dans 12 de ses 49 présences en 2017.

Nationals: L'enclos des releveurs a cafouillé cette année, mais cela n'a pas empêché l'équipe de prendre une avance confortable dans la section Est de la Ligue nationale. Les Nationals ont ajouté Sean Doolittle, Ryan Madson et Brandon Kintzler ces dernières semaines pour tenter de corriger leur plus grande lacune, et jusqu'ici, ils présentent à eux trois une moyenne combinée de 1,32. Doolittle a préservé la victoire à chacune de ses 11 présences avec sa nouvelle équipe. Si cela se poursuit, les dernières manches en octobre pourraient ainsi être moins stressantes.

Red Sox: Le spécialiste de la courte relève Craig Kimbrel totalise 99 retraits au bâton et seulement huit buts sur balles cette saison et les Red Sox ont fait l'acquisition d'Addison Reed à la date limite des transferts pour renforcer leur enclos. Ces deux là sont certainement capables de museler les équipes adverses, mais on ignore encore jusqu'à quel point le gérant John Farrell peut les pousser. À deux exceptions près, Kimbrel a été limité à une manche et un tiers ou moins à chacune de ses présences au monticule.

Voici quelques autres éléments à souligner dans le monde du baseball:

UN RETOUR INTÉRESSANT

L'une des performances les plus inspirantes de la saison a eu lieu lundi dernier, lorsque Chad Bettis des Rockies du Colorado a lancé pour la première fois depuis son traitement pour le cancer. Il a blanchi les frappeurs des Braves d'Atlanta pendant sept manches. Bettis a reçu un diagnostic de cancer des testicules en novembre.

Il est revenu au monticule samedi soir et a offert une autre performance de qualité contre les Brewers de Milwaukee.

ATTRAPÉ SPECTACULAIRE

Le jeu le plus spectaculaire de la dernière semaine n'a pas été réalisé par un membre des Ligues majeures. Il revient plutôt au jeune Jack Regenye, qui est devenu une vedette des médias sociaux dimanche après son attrapé lors des Séries mondiales de baseball junior.

Regenye a sauté par-dessus la petite clôture du champ centre pour voler un circuit avec son attrapé. Après avoir atterri de l'autre côté de la clôture, il s'est calmement relevé et a montré la balle dans son gant.

LA LONGUE BALLE

Manny Machado a claqué trois circuits vendredi soir, dont un grand chelem en seconde moitié de neuvième manche pour offrir une victoire de 9-7 aux Orioles de Baltimore aux dépens des Angels de Los Angeles. Machado, âgé de 25 ans, compte désormais sept grands chelems en carrière.




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer