Le commissaire du baseball majeur parle de Montréal

Le commissaire du baseball majeur, Rob Manfred.... (Photo Mary Altaffer, archives AP)

Agrandir

Le commissaire du baseball majeur, Rob Manfred.

Photo Mary Altaffer, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gregory Strong
La Presse Canadienne
Toronto

Le commissaire du baseball majeur, Rob Manfred, a dit qu'il y a eu des discussions au sujet de présenter des matchs de saison régulière à Montréal.

Mais pour l'instant, on ne planifie pas de changer la formule des deux matchs préparatoires impliquant les Blue Jays de Toronto, au Stade olympique.

Le calendrier 2017 ayant récemment été dévoilé, l'idée de matchs de saison régulière ne pourrait pas se concrétiser avant 2018, au plus tôt.

Les Jays ont conclu leur préparation à Montréal lors des trois dernières années. Ils y seront de retour l'an prochain aussi, avec deux matchs contre Pittsburgh.

Au printemps dernier, les confrontations avec les Red Sox ont attiré 106 102 personnes au Stade olympique, où jouaient jadis les Expos. Le club a déménagé à Washington après la saison 2004.

«Nous avons parlé de possiblement y jouer en saison régulière, a dit Manfred au Rogers Centre avant le match éliminatoire Orioles - Blue Jays, mardi. C'est dur à réaliser dans une année où il y a la Classique mondiale de baseball, mais aussi des discussions de convention collective l'année précédente. Ça rend très difficile de planifier des événements ailleurs qu'aux États-Unis.»

Manfred a répété que la question des stades des A's et des Rays doit être réglée avant de considérer l'ajout d'un club.

«Montréal a été un excellent marché pour nous pendant très longtemps, dit Manfred. Il semble y avoir un fort soutien au niveau local, les chiffres d'assistance le démontrent. Et le maire est un supporter formidable pour le retour du baseball à Montréal.

«Je crois que c'est le genre de marché que nous voyons comme un succès potentiel. Il y a aussi l'attrait d'une équipe de plus au Canada.»

Manfred note qu'il devrait aussi y avoir un débat à l'interne pour voir s'il y a de l'intérêt pour passer un jour de 30 à 32 clubs.

«Évidemment qu'avec la façon dont nous opérons au niveau économique, c'est une décision très très importante parce que ça veut dire que des actifs et des sources de revenus à 1/30 deviennent 1/32.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer