Une victoire très émotive pour les Marlins

Tous les joueurs des Marlins de Miami portaient... (Photo Steve Mitchell, USA Today Sports)

Agrandir

Tous les joueurs des Marlins de Miami portaient le numéro 16 de leur coéquipier décédé José Fernandez, lundi soir.

Photo Steve Mitchell, USA Today Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Miami

Le coeur lourd, les Marlins de Miami ont honoré le souvenir de José Fernandez en l'emportant 7-3 face aux Mets de New York, lundi soir.

Dee Gordon a frappé son premier circuit de la saison comme premier frappeur du match pour le club local.

Chamboulé par l'émotion en contournant les buts, il a dirigé son poing de son coeur vers les hauteurs en regardant les cieux, après avoir touché le marbre. Il a ensuite été chaudement enlacé par plusieurs coéquipiers.

«C'est comme si le temps s'était arrêté, a raconté Gordon. Je voulais rejoindre mes coéquipiers le plus rapidement possible. Mais je me demandais pourquoi José n'était pas sur la première marche de l'escalier pour m'encourager.»

Même les joueurs des Mets ont reconnu avoir apprécié la signification du circuit de Gordon.

«J'ai vu qu'il pleurait en contournant le premier but, a noté le receveur des Mets Travis d'Arnaud. J'ai aussi commencé à pleurer.»

Gordon a ajouté un simple d'un point en deuxième, en route vers un match de quatre en cinq.

Adeiny Hechavarria a aussi produit deux points, fournissant un simple et un double.

Justin Bour est passé à un circuit du carrousel pour les Marlins, qui ont rétabli leur fiche à ,500 (78-78).

Dans un match où le numéro 16 du regretté Fernandez était à l'honneur, les Marlins ont atteint les buts 16 fois (14 coups sûrs et deux buts sur balles).

La victoire est allée au releveur Mike Dunn (5-1).

«C'est comme si nous avions cogné des balles sous l'eau, a dit le frappeur de puissance Giancarlo Stanton. Nous avions les yeux remplis de larmes.»

Les Mets ont été limités à sept coups sûrs. Leur seule claque de plus d'un but a été un double pour Asdrubal Cabrera, son 30e de la saison.

Bartolo Colon (14-8) a permis sept points et huit coups sûrs en deux manches et un tiers.

Les Marlins portaient tous la version noire de leurs chandails, avec au dos le numéro 16 de Fernandez. Ce chiffre a aussi été inscrit en noir au monticule.

Avant la rencontre, un solennel «Take me out to the Ballgame» a d'abord été joué à la trompette.

Après l'hymne national, dans un geste touchant de sympathie et solidarité, les joueurs et instructeurs des Mets ont donné poignées de main et accolades à leurs vis-à-vis des Marlins.

Les joueurs des Marlins se sont ensuite rassemblés au monticule, plusieurs d'entre eux se penchant pour y inscrire quelque chose de personnel dans la terre.

Tous se sont alors regroupés près les uns des autres. Stanton, fort ému, comme tant d'autres, a pris la parole avec un bref discours qui s'est conclu avec le groupe pointant vers le ciel.

Après qu'A.J. Ramos eut provoqué le dernier retrait en neuvième, les membres des Marlins se sont réunis une dernière fois autour du monticule et ont baissé leur tête avant de déposer leur casquette sur la terre battue. D'autres larmes ont coulé.

«C'était sa place, a dit le gérant de l'équipe, Don Mattingly. Nous lui avons dit au revoir.»

Fernandez et deux autres hommes ont perdu la vie tôt dimanche, quand leur bateau a percuté une jetée rocheuse au large de Miami Beach.

Fernandez laisse notamment dans le deuil sa copine, qui est enceinte de leur enfant, sa mère, avec qui il est arrivé aux États-Unis, et sa grand-mère, qui a aidé à l'élever.

Dimanche soir, les Marlins se sont rendus avec deux autobus au domicile familial, restant 45 minutes pour apporter du réconfort à sa mère, sa grand-mère et autres parents et amis.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer