Construction d'un stade: Québec pourrait participer

En entrevue sur les ondes de Radio-Canada, mercredi... (Photo Bernard Brault, archives La Presse)

Agrandir

En entrevue sur les ondes de Radio-Canada, mercredi soir, le premier ministre Philippe Couillard n'a pas fermé la porte à une éventuelle participation financière de son gouvernement dans la construction d'un stade de baseball à Montréal. Sur la photo, un match préparatoire entre les Mets de New York et les Blue Jays de Toronto, au Stade olympique, en 2014.

Photo Bernard Brault, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Québec ne ferme pas la porte à une éventuelle participation financière dans la construction d'un stade de baseball majeur à Montréal, à condition que le secteur privé demeure maître d'oeuvre du projet. C'est ce qu'a laissé entendre le premier ministre Philippe Couillard, en entrevue sur les ondes de Radio-Canada, mercredi soir.

«Si c'est une bonne affaire pour le secteur privé, il faut qu'on fasse partie des bénéfices. Sinon, je préfère que le secteur privé s'occupe de cela. Éventuellement, on pourrait venir en appui, mais après eux, et si on a également notre part des bénéfices», a-t-il affirmé.

Cette réponse de M. Couillard à une question du public se veut beaucoup moins catégorique que celle qu'il avait fournie il y a un peu moins d'un an, alors qu'il se trouvait en mission à Rome. À ce moment-là, il semblait hors de question que son gouvernement consacre quelque argent que ce soit à la construction d'un stade.

«Regardez bien, actuellement, il n'y a pas d'argent public prévu pour ça... Pas du tout. Ce sont des entreprises très rentables, à ce que j'en sais, les concessions de baseball majeur. On va laisser le dossier évoluer», avait-il alors déclaré, tel que cité dans un article paru dans La Presse du 30 mai 2015.

«Les gens aiment le baseball à Montréal, c'est bien connu, avait ajouté M. Couillard. Mais il faut que le secteur privé joue son rôle ici.»

Rien de différent

Du côté du bureau du premier ministre, hier, on assurait cependant que la position du gouvernement en cette matière n'avait pas changé depuis l'an dernier.

«L'idée, pour nous, c'est qu'on ne pense pas que le gouvernement devrait investir dans une équipe de baseball. On a d'autres priorités», a indiqué Harold Fortin, porte-parole du premier ministre.

Le gouvernement libéral précédent, sous Jean Charest, avait accepté de verser 200 millions pour la construction du Centre Vidéotron de Québec. M. Fortin souligne toutefois que cet investissement dépassait largement les frontières du sport professionnel, en ce sens que ses retombées ne se limitaient pas à l'arrivée possible d'une équipe de la LNH dans la Vieille Capitale.

«Quand le gouvernement Charest a investi dans un amphithéâtre à Québec, tout le monde parlait des Nordiques. Mais dans tout l'est du Québec, il n'y avait aucun édifice du genre. [...] Si ç'avait seulement été pour ramener les Nordiques, je ne crois pas qu'il serait allé pour ça», a-t-il observé.

«Si, par exemple, le Stade olympique avait été construit par un consortium privé, il y a des bouches de métro autour, illustre M. Fortin. C'est la même chose pour l'amphithéâtre de Québec. Ça a changé pas mal de choses.»

Luc Poirier n'est pas surpris

Le promoteur immobilier Luc Poirier, l'un des acteurs du secteur privé ayant manifesté leur intérêt pour le retour du baseball majeur dans la métropole, affirme qu'il n'est pas surpris par cette déclaration du premier ministre. Joint par La Presse, il a lancé: «J'ai toujours été sûr qu'ils allaient embarquer.»

À son avis, il serait réaliste de croire que Québec finance à hauteur «de 10 à 15%» un projet de retour du baseball à Montréal, évalué à 1,5 milliard.

«Ils ont investi dans un amphithéâtre à Québec. Ils ne peuvent pas être dans un [projet] et ne pas être dans l'autre», ajoute l'homme d'affaires qui travaille notamment avec l'ex-lanceur Éric Gagné pour ramener une équipe en ville.

«C'est facile de dire non quand il n'y a rien de sérieux, mais quand on a un emplacement et des partenaires, c'est différent. Ce sont des revenus qui vont revenir à l'État.»

L'an dernier, M. Poirier a acquis le terrain de l'ancien Hôpital de Montréal pour enfants, situé dans le quartier Griffintown, dans le but d'y ériger un stade de baseball. Le maire de Montréal, Denis Coderre, lui a toutefois fait savoir que l'idée ne serait pas retenue, puisqu'il préférerait voir l'édifice construit plus près du centre-ville, dans le secteur du bassin Peel.

Bien qu'il ne soit pas convaincu qu'il s'agisse d'une bonne décision, M. Poirier réitère néanmoins qu'il croit au retour du baseball majeur à Montréal «à long terme». «C'est le plus gros marché nord-américain à ne pas être desservi par un club de baseball», fait-il valoir.

Invité à réagir, le président et chef de la direction de la chambre de commerce du Montréal métropolitain, Michel Leblanc, n'était pas disponible pour une entrevue. Le bureau du maire Coderre n'avait pas rappelé La Presse au moment d'écrire ces lignes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer