Les lanceurs ne sont plus de simples figurants au bâton

Le lanceur des Mets de New York Noah Syndergaard... (AP, Chris Carlson)

Agrandir

Le lanceur des Mets de New York Noah Syndergaard a claqué deux circuits à Los Angeles contre les Dodgers mercredi soir.

AP, Chris Carlson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Noah Trister
Associated Press

Les Mets de New York comptaient déjà sur l'une des plus spectaculaires rotations du Baseball majeur, mais leurs lanceurs ont trouvé une autre façon de se faire remarquer. Avec leurs bâtons, et non leurs bras.

Le week-end dernier, Bartolo Colon a frappé son premier circuit en carrière à l'âge de 42 ans à San Diego. Ça semblait être un exploit difficile à surpasser, mais Noah Syndergaard y est parvenu en claquant deux longues balles à Los Angeles contre les Dodgers mercredi soir. Cette étonnante démonstration de puissance rappelle que même si la plupart du temps les lanceurs sont donnés en pâture à leurs collègues sur la butte, il arrive parfois qu'ils effectuent un bon contact avec la balle.

«Nous prenons beaucoup de fierté à le faire, a confié le droitier des Padres de San Diego Colin Rea. Nous sommes en compétition entre nous au sein de la rotation. Nous passons plus de temps à peaufiner notre technique lorsque nous sommes à domicile simplement parce que nous disposons de plus de temps et que nous pouvons participer à l'échauffement au bâton. Lorsque nous sommes à l'extérieur, c'est moins fréquent.»

Les artilleurs de la Ligue nationale ont totalisé 23 circuits l'an dernier, et Madison Bumgarner, des Giants de San Francisco, fut le prolifique d'entre eux avec cinq. Bumgarner a présenté un taux de présence plus puissance de ,743 en 77 présences à la plaque la saison dernière, un taux plus que respectable pour un lanceur.

«Nous l'avons vu avec Bumgarner, comment il s'arrange pour gagner ses propres matchs, a confié le gérant des Giants Bruce Bochy. C'est assez «cool» de voir ça, un peu comme dans le bon vieux temps, alors que le joueur étoile de chaque équipe lançait et s'occupait de sortir la balle du stade.»

Bumgarner est 2-en-20 cette saison, mais l'un de ses coups sûrs fut une longue balle. Jake Arrieta et Adam Wainwright ont aussi étiré les bras depuis le début de la saison 2016.

Ce fut également le cas de Kenta Maeda, le droitier des Dodgers qui a alloué deux circuits à Syndergaard.

«C'était un rêve, a mentionné Syndergaard. C'était irréel.»

Syndergaard frappe pour ,200 depuis le début de sa jeune carrière, et il a déjà trois circuits à son actif. Il n'est donc pas automatiquement retiré lorsqu'il se présente au bâton, surtout lorsqu'on constate qu'il mesure six pieds, six pouces et pèse 240 livres et qu'il parvient à faire un bon contact avec la balle.

«Quand tu es aussi imposant et aussi fort que lui physiquement, si tu trouves le moyen de placer le baril du bâton sur la balle, alors tu peux obtenir un circuit, a expliqué le gérant des Mets Terry Collins. Il possède un très bel élan, mais on ne s'attend jamais à voir un lanceur frapper une longue balle.»

De nombreuses rumeurs ont récemment circulé à l'effet que le frappeur de choix pourrait éventuellement être adopté dans la Ligue nationale, uniformisant ainsi les règlements dans les deux ligues et éliminant du même coup le spectacle - parfois triste - des lanceurs qui tentent de toucher à la balle. Le commissaire du Baseball majeur, Rob Manfred, a cependant déjà indiqué qu'il préférait le statu quo.




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer