La «Bronx Strikeout Machine» des Yankees excelle

Le lanceur des Yankees Andrew Miller a fait fendre... (Photo Duane Burleson, AP)

Agrandir

Le lanceur des Yankees Andrew Miller a fait fendre l'air à 42,5% des frappeurs (113 des 266) qui l'ont affronté depuis le début de la saison 2015, soit le meilleur taux dans les Ligues majeures selon STATS.

Photo Duane Burleson, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ronald Blum
Associated Press
New York

Dellin Betances et Andrew Miller font mordre la poussière à un nombre ahurissant de frappeurs.

Le duo de releveurs des Yankees excelle en fin de rencontre grâce à un arsenal qui comprend des glissantes intouchables, des rapides furtives et des courbes inattaquables, et il est désormais surnommé la «Bronx Strikeout Machine».

Au total, 19 de leurs 26 derniers adversaires au bâton ont fendu l'air.

«Je n'ai même pas vu la balle. J'avais l'impression qu'elle apparaissait de nulle part», a commenté le joueur des Athletics d'Oakland Mark Canha après avoir été retiré sur trois prises par Miller plus tôt cette semaine.

Et Aroldis Chapman se joindra à eux le mois prochain, créant ainsi un trio auquel pourraient être confrontées les équipes adverses lorsque les Yankees auront les devants à l'approche de la septième manche.

Miller a fait fendre l'air à 42,5% des frappeurs (113 des 266) qui l'ont affronté depuis le début de la saison 2015, soit le meilleur taux dans les Ligues majeures selon STATS. Chapman est deuxième à 41,7% (116 des 278) et Betances est troisième à 41,0% (148 des 361).

«On disait jadis qu'il fallait s'attaquer aux releveurs. Vous savez, le sport a évolué, a expliqué le gérant des Yankees Joe Girardi. Parfois, on dit qu'il était préférable de s'attaquer au partant, parce que les releveurs en fin de match sont assez coriaces.»

Le travail des releveurs a commencé à changer dans les années 70 avec des releveurs no 1 tels que Goose Gossage et Rollie Fingers. Il a évolué davantage lorsque Tony La Russa a transformé Dennis Eckersley en spécialiste de la neuvième manche chez les Athletics vers la fin des années 1980.

Les Reds de Cincinnati ont démontré ce qu'un groupe de releveurs coriaces pouvait faire comme dommages dans les années 1990, lorsque le trio surnommé les «Nasty Boys» composé de Randy Myers, Rob Dibble et Norm Charlton les a propulsés vers la conquête de la Série mondiale. Et les Royals de Kansas City en 2014 ont surpris les Ligues majeures en assemblant un trio formé de Greg Holland, Wade Davis et Kelvin Herrera - qui lançaient tous des balles de feu oscillant entre 94 et 96 milles à l'heure - qui leur a permis de s'approcher à une victoire d'un championnat.

«Quand tu peux compter sur trois releveurs fiables en septième, huitième et neuvième manches, alors tu as la possibilité de raccourcir les matchs, et ça met beaucoup de pression sur l'adversaire, a résumé le gérant des Dodgers de Los Angeles Dave Roberts. C'est difficile de gérer un match contre des équipes qui peuvent l'écourter de cette façon-là.»

Miller et Betances ont retiré au bâton 30 des 49 frappeurs qu'ils ont affrontés cette saison (61,2%, a précisé STATS. À travers le Baseball majeur, la moyenne est de 21,9.

Chapman a effectué les 62 lancers les plus rapides des Ligues majeures l'an dernier, oscillant entre 102,36 et 103,92 milles à l'heure, selon les données accumulées par le Baseball majeur.

S'ils peuvent compter sur ce trio en santé, les Yankees devraient être difficiles à ébranler lorsqu'ils auont les devants en septième manche cet été.

Les frappeurs sont prévenus.

«Ce sera un spectacle formidable à regarder, et je crois de toute évidence qu'ils vont entrer dans la tête des frappeurs», a lancé le partant des Yankees CC Sabathia.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer