Interdiction pour les Rays de négocier avec Montréal

L'entente de principe annoncée hier par la Ville... (Photo Matt Stroshane, Bloomberg News)

Agrandir

L'entente de principe annoncée hier par la Ville de St. Petersburg complique passablement le scénario d'un déménagement des Rays à Montréal.

Photo Matt Stroshane, Bloomberg News

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Rays de Tampa Bay viennent d'obtenir la permission de déménager - mais uniquement dans la région de Tampa Bay. Selon la Ville de St. Petersburg, une nouvelle entente de principe annoncée hier interdit aux Rays de discuter de déménagement dans une autre région, par exemple à Montréal, où des gens d'affaires ont démontré de l'intérêt pour ramener une équipe de baseball majeur.

«Dans ce dossier, le maire (de St. Petersburg, Rick Kriseman) a toujours dit que ce qui est bon pour la région de Tampa est aussi bon pour St. Petersburg. Si les Rays regardent ailleurs dans la région, c'est mieux que s'ils quittent la région - et nous disons ça sans vouloir froisser nos amis à Montréal», a dit le directeur des communications du maire Kriseman, Benjamin Kirby, en entrevue avec La Presse.

L'entente de principe annoncée hier par la Ville de St. Petersburg complique passablement le scénario d'un déménagement des Rays à Montréal. Les Rays, qui cherchent à déménager du Tropicana Field, situé à St. Petersburg, ont trois ans (jusqu'au 31 décembre 2017) pour choisir un nouveau site dans la région de Tampa Bay. Selon la Ville, l'entente interdit aux Rays de discuter de déménagement avec une ville à l'extérieur de la région de Tampa Bay. «L'entente ne le permet pas», dit M. Kirby, du cabinet du maire Kriseman, qui est en poste depuis janvier dernier.

L'entente de principe permet aux Rays d'emménager dans un nouveau stade situé dans deux comtés voisins de la région de Tampa Bay - les comtés de Hillborough, où se trouve le centre-ville de Tampa Bay, et des Pinellas, où sont situés St. Petersburg et le stade actuel des Rays. L'entente fixe aussi à la baisse les pénalités que devront payer les Rays s'ils quittent le Tropicana Field pour un autre stade dans ces deux comtés de la région de Tampa Bay avant la fin de leur bail, en 2027: 4 millions US par année d'ici 2018, trois millions par année entre 2019 et 2022 et deux millions par année entre 2023 et 2026.

Selon la Ville, le bail liant les Rays à St. Petersburg jusqu'en 2026 prévoyait des pénalités plus élevées en cas de rupture du contrat. L'entente doit être approuvée par le conseil municipal, qui doit en discuter lors d'une réunion jeudi, selon le Tampa Bay Times. Les Rays n'ont pas commenté le dossier hier.

Équipe la moins riche du baseball majeur, selon Forbes, les Rays attirent aussi les plus petites foules, ce qui fait d'elle l'une des plus susceptibles de déménager.

Le mois dernier, La Presse révélait qu'un groupe de gens d'affaires montréalais chapeauté par la Chambre de commerce avait rencontré la direction des Rays à deux reprises au cours de la dernière année - dont, la deuxième fois, le propriétaire principal des Rays, Stuart Sternberg. Selon nos informations, l'ex-propriétaire minoritaire des Expos Stephen Bronfman, Bell, le PDG de Ceasars Acquisition, Mitch Garber, et le PDG de Dollarama, Larry Rossy, sont au nombre des gens d'affaires qui ont démontré en privé de l'intérêt pour faire partie du groupe de propriétaires d'une équipe de baseball majeur à Montréal, dans le cas où une équipe deviendrait disponible et où le montage financier (achat d'une équipe et construction d'un stade au centre-ville de Montréal) serait satisfaisant.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer