Les Royals devront éviter les pièges du stade des Giants

Les trois prochains matchs de la Série mondiale... (Photo Kelley L. Cox, USA Today Sports)

Agrandir

Les trois prochains matchs de la Série mondiale auront lieu à l'AT&T Park de San Francisco.

Photo Kelley L. Cox, USA Today Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Ben Walker
Associated Press
San Francisco

Eric Hosmer a hâte de constater ce qui fait du stade des Giants de San Francisco, situé en bordure de la baie du même nom, un bâtiment si unique.

«Je ne connais absolument rien, a reconnu le premier but des Royals de Kansas City. Je n'ai entendu que de bonnes choses sur ce stade, sur l'ambiance et l'énergie créées par les partisans. J'ai toujours voulu jouer là-bas.»

«Je suis certain que ce sera amusant, parce que ce sera une première en pleine Série mondiale», a-t-il ajouté.

Eh bien, attendez de le voir trébucher sur un monticule de l'enclos des releveurs alors qu'il tente de capter une fausse balle. Ou voir un de ses coéquipiers perdre la balle de vue dans le fin crachin qui s'abat profondément dans le champ centre. Ou dans le vent tourbillonnant qui transforme un ballon de routine en véritable cauchemar pour un voltigeur.

Qui sait? La balle pourrait tout simplement faire un rebond capricieux contre l'étrange façade de briques qui orne la clôture du champ droit, entraînant le premier circuit à l'intérieur des limites du terrain en Série mondiale depuis 1929.

Ouais, des tonnes de plaisir.

Hosmer, Alex Gordon, Mike Moustakas et les Royals ont eu un premier avant-goût lors d'un entraînement à l'AT&T Park jeudi. Puis, il y aura le match no 3 vendredi, tandis que la Série mondiale est égale 1-1 entre les Royals et les Giants. Tim Hudson sera sur la butte pour les Giants, et il affrontera Jeremy Guthrie.

La seule autre visite des Royals à San Francisco s'est produite en 2005, et ils avaient enlevé deux des trois matchs de cette série. Buddy Bell était leur gérant, Tony Graffanino frappait au troisième rang et Jeremy Affeldt était l'enclos.

Affeldt, qui est âgé de 35 ans, lance aujourd'hui pour les Giants, et il s'est présenté au monticule en relève dans un revers de 7-2 des siens mercredi soir. Il a mentionné qu'il considérait que les Royals sauront démystifier ce nouveau stade.

«C'est une équipe athlétique. Donc je crois qu'ils sauront faire des ajustements. Je ne pense pas que nous puissions croire qu'ils seront désavantagés par le fait qu'ils ne visitent quasiment jamais notre stade», a-t-il poursuivi.

Environ le tiers des joueurs des Royals ont déja joué au AT&T Park avec d'autres équipes. L'un de leurs plus fréquents visiteurs, Josh Willingham, a frappé pour une moyenne de ,352 avec cinq longues balles en 16 matchs, et Omar Infante a présenté une moyenne de ,307 en 19 rencontres, selon STATS.

Parmi les artilleurs, Guthrie s'est bien tiré d'affaires en deux départs et Jason Frasor a effectué deux présences en relève.

Le voltigeur Lorenzo Cain a disputé un match dans ce stade en 2010 lorsqu'il portait l'uniforme des Brewers de Milwaukee. Le joueur par excellence de la série de championnat de la Ligue américaine prévoit s'entraîner avec l'instructeur des frappeurs Rusty Kuntz «pour travailler sur les angles et voir comment le stade se décline».

«C'est un processus, et il faut procéder par essai et erreur», a expliqué Cain.

Bonne chance, a lancé le frappeur de choix des Giants Michael Morse.

«C'est un grand stade; le champ droit est trompeur. Le vent change tout au champ extérieur, mais nos gars y sont habitués», a-t-il dit.

«C'est difficile. C'est très difficile ici. Mais tout le monde est professionnel. Je ne crois que ce sera un facteur», a-t-il conclu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer