Marianne St-Gelais «un peu déçue» de son titre de vice-championne du monde

Marianne St-Gelais... (Archives AFP)

Agrandir

Marianne St-Gelais

Archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Geoffrion-McInnis
La Presse Canadienne

Marianne St-Gelais est restée sur sa faim dimanche aux Championnats du monde de patinage de vitesse courte piste de Rotterdam, aux Pays-Bas. La Québécoise a abouti au pied du podium lors de la super finale sur 3000 mètres, et en conséquence elle a dû se contenter du titre de vice-championne du monde.

«Je suis un peu déçue, parce que je savais que je pouvais obtenir le titre au classement cumulatif, a expliqué la patineuse de 27 ans. Ceci étant dit, je dois regarder le tableau d'ensemble et réaliser que je suis trois fois vice-championne du monde sur les distances (500 m, 1000 m et 1500 m). Mais je suis toujours exigeante envers moi-même, et c'est la raison pour laquelle la déception est encore présente.»

Après sa deuxième place au 1000 m plus tôt en journée, St-Gelais, de Saint-Félicien, pouvait encore espérer mettre la main sur le titre de championne du monde en devançant sa principale rivale au classement cumulatif des Mondiaux, la Britannique Elise Christie, en super finale sur 3000 m. Elle a cependant pris le quatrième rang, tout juste derrière Christie. Les Sud-Coréennes Suk Hee Shim et Ji Yoo Kim ont réussi le doublé.

Ainsi, au classement cumulatif, Christie a été couronnée championne du monde en vertu de sa récolte de 89 points, tandis que St-Gelais a conclu la compétition deuxième avec 63.

«Elise avait mon numéro ce week-end», s'est limitée à dire St-Gelais.

La pétillante Québécoise a néanmoins obtenu une quatrième médaille d'argent en deux jours aux Mondiaux, et elle a conclu sa saison sur le circuit de la Coupe du monde avec huit médailles, dont trois en or, dans 10 épreuves individuelles réparties sur cinq étapes. Même s'il est encore tôt pour dresser un bilan de fin de saison, ces résultats l'ont poussée à voir le verre d'eau à moitié plein.

«On a fait des choses différemment cette saison, et je suis contente de l'avoir fait, a d'abord évoqué St-Gelais. C'était une bonne décision de sauter la Coupe du monde de Minsk, au Bélarus, tout juste avant les Mondiaux, parce que ça m'a permis de revenir à Montréal et de décompresser un petit peu. Ça m'a aussi permis de retrouver ma faim de gagner.

«Sinon, j'ai l'impression que j'ai fait tomber beaucoup de barrières qui se dressaient sur mon chemin cette année; j'avance, je suis sur la bonne voie et c'est certain que l'objectif ultime ce sont les Jeux olympiques l'an prochain. Bref, j'ai un bon bilan», a-t-elle conclu.

Ça débloque enfin pour Hamelin

Chez les hommes, Charles Hamelin a enregistré son premier podium des Mondiaux en décrochant la médaille de bronze sur 1000 m. «Aujourd'hui, mon exécution était vraiment meilleure, sauf que ma meilleure course sur 1000 m s'est produite pendant les demi-finales, a relaté le patineur âgé de 32 ans. J'aurais aimé en faire une aussi belle en finale pour essayer de décrocher le titre, mais je suis tout de même satisfait de ma troisième place.»

Hamelin, de Sainte-Julie, a complété la distance en 1 min 25,182 s. Il a été devancé dans l'ordre au fil d'arrivée par le Sud-Coréen Yi Ra Seo et le Hongrois Sandor Liu Shaolin. Les coéquipiers de Hamelin, Samuel Girard et Charle Cournoyer, ont été éliminés en demi-finales.

«J'y suis allé un peu trop fort en protection au 1000 m et en conséquence j'ai écopé d'une pénalité, a d'abord analysé Girard. Ça fait partie de l'apprentissage, et c'est ce qui me permettra de m'améliorer encore davantage pour la saison prochaine.»

Girard a pu se reprendre en super finale du 3000 m, où il a terminé quatrième en 4 min 48,550 s. En vertu de ce résultat, le patineur âgé de 20 ans a pris le troisième rang du classement cumulatif avec 37 points, loin derrière le Sud-Coréen Seo (81) et le Néerlandais Knegt Sjinkie (73). Pour sa part, Hamelin a fini sixième dans cette course regroupant les huit premiers du classement général masculin, et huitième au cumulatif avec 18 points - une performance à l'image de sa saison.

«La première moitié de la saison a été très difficile, surtout au niveau mental à cause des résultats qui tardaient à se manifester, a dit Hamelin. J'ai éprouvé beaucoup de difficulté à ajuster mon équipement - mes lames notamment -, mais quand j'y suis finalement parvenu, les médailles d'or ont commencé à s'accumuler. Ceci étant dit, je savais que les Mondiaux allaient être difficiles, et ils l'ont été, mais ça prouve que j'ai encore certaines choses à travailler cet été.»

St-Gelais, Girard et Hamelin sont ensuite retournés en piste avec leurs coéquipiers pour aider les relais canadiens féminin et masculin à conclure ces Mondiaux au cinquième rang, chacun.

Il s'agissait de la dernière compétition internationale en courte piste cette saison, et les patineurs canadiens bénéficieront dès maintenant de quelques semaines de repos avant de reprendre l'entraînement à compter d'avril en prévision des Jeux de Pyeongchang en 2018.




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer