JO: le comité olympique américain écarte l'idée d'un forfait

Les athlètes américains lors de la cérémonie d'ouverture... (Photo Jonathan Nackstrand, archives AFP)

Agrandir

Les athlètes américains lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Sotchi en 2014.

Photo Jonathan Nackstrand, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Los Angeles

Le comité olympique américain (USOC) a assuré jeudi qu'il ne discutait pas avec Washington d'un éventuel forfait pour les JO de 2018 en Corée du Sud en raison des tensions entre les États-Unis et la Corée du Nord.

«Nous n'avons eu aucune discussion, que ce soit en interne ou avec nos partenaires gouvernementaux, à propos de la possibilité de retirer nos équipes des Jeux olympiques et paralympiques», a expliqué un porte-parole de l'USOC, Mark Jones.

«Nous aurons deux délégations entières à PyeongChang», a-t-il ajouté.

Le communiqué de l'USOC fait suite à des déclarations de l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley, laissant entendre que la participation des États-Unis aux JO DE 2018 n'était pas encore acquise.

«Je pense que c'est une conversation que nous allons devoir avoir», a répondu Haley à la question de savoir si les athlètes américains seront en sécurité lors de leur séjour en Corée du Sud.

«Nous allons tout faire pour être sûrs qu'ils soient en sécurité et pour savoir tout ce qui peut se passer autour d'eux», a-t-elle poursuivi.

«La question est encore ouverte (...) Il faut qu'on surveille la situation de près et cela change tous les jours», a conclu Mme Haley.

La porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Huckabee Sanders, a de son côté balayé l'hypothèse de la non-participation des États-Unis, «Les États-Unis sont impatients de participer aux Jeux d'hiver en Corée du Sud», a-t-elle tweeté.

«La protection des ressortissants américains est notre priorité et nous sommes aux côtés des Sud-Coréens et des autres nations pour garantir la sécurité des sites» de compétition, a-t-elle ajouté.

PyeongChang, ville qui organisera les JO de 2018, est située à 80 kilomètres de la ligne de démarcation entre les deux Corées.

La Corée du Nord procéde régulièrement depuis des mois à des essais nucléaires et tirs de missiles balistiques, au grand dam du président américain Donald Trump qui a lancé à la fin novembre un avertissement au régime nord-coréen: «On va s'en occuper», a-t-il prévenu.




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer