Jeux paralympiques 2018: la Russie sous la menace de rester suspendue

Les athlètes de la Russie lors de la... (Photo Alexander Demianchuk, archives REUTERS)

Agrandir

Les athlètes de la Russie lors de la cérémonie de clôture des Jeux paralympiques de Sotchi, en 2014.

Photo Alexander Demianchuk, archives REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Londres

La Russie pourrait rester suspendue pour les Jeux paralympiques d'hiver de Pyeongchang en 2018 si les conditions fixées par le Comité international paralympique (IPC) ne sont pas remplies en septembre, a annoncé l'IPC lundi à Londres.

«Avec encore 291 jours avant Pyeongchang-2018, il n'y a aucun moment à perdre. Le groupe de travail de l'IPC doit faire son rapport (...) en septembre et si les conditions ne sont pas complètement remplies, ce sera très dur de lever la suspension (du Comité paralympique russe) dans les temps pour participer aux Jeux paralympiques d'hiver», a expliqué le président de l'IPC Philip Craven.

Si le dirigeant a salué les «progrès» du Comité paralympique russe en matière de lutte contre le dopage, il a réclamé des changements drastiques pour autoriser une participation de la Russie aux Championnats du monde d'athlétisme handisport à Londres en juillet.

«Clairement, avec ce calendrier, à moins d'un changement spectaculaire dans les prochaines semaines, le Comité paralympique russe ne pourra pas engager ses athlètes aux Championnats du monde d'athlétisme handisport 2017», a déclaré Philip Craven.

«En ce moment, il y a des bonnes propositions sur le papier, mais nous devons voir ces plans se réaliser et avoir des résultats concrets», a estimé le Britannique.

L'IPC avait suspendu le Comité paralympique russe en août 2016 en raison d'un vaste scandale de dopage, un mois avant les Jeux paralympiques de Rio. En excluant l'ensemble des sportifs paralympiques russes, l'IPC s'était montré plus strict que le CIO, qui avait laissé les fédérations internationales juger au cas par cas de la présence des sportifs russes aux JO de Rio, tout en gardant un droit de regard final sur leur décision.

Le secrétaire général du Comité paralympique russe Mikhail Terentiev a estimé de son côté que la situation pourrait évoluer si Philip Craven quitte son poste après les élections au sein de l'IPC en septembre.

«Malheureusement, nous n'avons pas été entendus par le groupe de travail de l'IPC, (...) Craven a bloqué la situation. Quelque chose de positif (pour la Russie) ne pourra avoir lieu qu'après l'élection d'un nouveau (président) à la tête de l'IPC», a réagi le dirigeant russe auprès de l'agence R-Sport.




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer