JO de 2018: 29 médailles pour le Canada?

Les Jeux olympiques d'hiver de Pyeongchang auront lieu du... (Archives, Associated Press)

Agrandir

Les Jeux olympiques d'hiver de Pyeongchang auront lieu du 9 au 25 février 2018.

Archives, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press

Une compagnie d'analyse de données sportives prédit d'excellents Jeux olympiques d'hiver à la Norvège et au Canada, qu'elle place au quatrième rang au total des médailles des Jeux de Pyeongchang, en Corée du Sud.

Gracenote, qui est basée aux États-Unis, place la Norvège au premier rang de son tableau virtuel avec un total de 40 médailles, dont 15 d'or, ce qui établirait de nouvelles marques des Jeux d'hiver.

Les records actuels sont de 14 médailles d'or et de 37 médailles au total, des marques établies par le Canada et les États-Unis, respectivement, aux Jeux de Vancouver, en 2010.

Selon Gracenote, le Canada amassera 29 médailles - neuf d'or, neuf d'argent et 11 de bronze - derrière l'Allemagne (34) et les États-Unis (32) aux Jeux de Pyeongchang. La France y obtiendrait quant à elle la meilleure performance de son histoire, avec 10 médailles d'or et 22 au total, le même nombre que la Russie.

Les Jeux olympiques d'hiver auront lieu du 9 au 25 février 2018.

À un an de ces JO, La Presse canadienne a de son côté prédit une récolte de 28 médailles pour le Canada: huit d'or, 10 d'argent et autant de bronze. Les autorités sportives canadiennes attendront quant à elles la conclusion des Championnats du monde avant d'établir les objectifs du pays.

En 2010 et 2014, l'objectif du Canada était de terminer dans le top 3 au total des médailles, ce qu'il a réussi à Vancouver avec 26 médailles, mais raté d'une place à Sotchi, où il en a gagné 25.

Jusqu'ici cette saison sur les circuits des différentes Coupes du monde de sports d'hiver, le Canada se classe troisième pour les médailles d'or (31) et le total de médailles (116), derrière l'Allemagne (64, 163) et les États-Unis (45, 126).

Le Comité olympique canadien s'attend à envoyer une délégation de quelque 240 athlètes en Corée du Sud, ce qui serait sa plus importante pour des Jeux d'hiver.

Plus tôt cette semaine, l'ex-patineuse de vitesse sur courte piste Isabelle Charest a été nommée chef de mission en vue de ces JO.

La grande inconnue dans cette équation est la présence ou non des Russes en Corée du Sud. Le Comité international olympique (CIO) n'a pas encore indiqué si elle permettra à la Russie de prendre part aux prochains Jeux d'hiver à la suite du scandale de dopage qui a corrompu les analyses des échantillons récoltés aux Jeux de 2012 et 2014.

L'enquêteur de l'Agence mondiale antidopage (AMA) Richard McLaren a émis deux rapports accablants décrivant un système de dopage mis en place par l'État.

Si le CIO est pressé de sévir, une supension de tous les athlètes russes semble exclue.

«Deux commissions ont été mises sur pied afin de coordonner notre réponse au Rapport McLaren, a indiqué le CIO dans une déclaration faite à l'Associated Press. Elles vont respecter toutes les procédures, dont le droit de se défendre des personnes concernées.»

La Russie avait terminé au premier rang des Jeux de Sotchi avec un total de 33 médailles.

Hee-Beom Lee, le président du comité organisateur des Jeux de Pyeongchang, s'attend à ce que les Russes soient des Jeux. Son porte-parole a cependant admis que la décision revient au CIO.

Ce dernier a permis à certains athlètes russes de prendre part aux Jeux de Rio de Janeiro, mais le Comité international paralympique a banni toute la délégation. Le CIP a précisé que cette sanction demeure en place puisque le Comité paralympique russe n'a pas rempli toutes les conditions lui permettant d'être réadmis.

Le CIP empêche également aux athlètes russes de prendre part aux épreuves de qualification.

Un autre analyste de données, Simon Gleave, a créé un programme complexe lui permettant de prédire le nombre de médailles. Il accorde plus d'importance aux plus grosses compétitions et aux plus récentes.

Gleave tient compte de la présence de la Russie dans ses calculs. Il lui confère les sixièmes rangs, avec six médailles d'or - à égalité avec les Pays-Bas et la Corée du Sud - et 22 au total. Mais le système n'est pas parfait.

Gracenote et Gleave n'ont obtenu qu'un taux de réussite de 50% en vue des Jeux d'été 2016 de Rio de Janeiro, sans égard à la couleur des médailles. Gleave prétend toutefois que 80% des médaillés provenaient de sa liste des huit meilleurs athlètes de chaque discipline.

S'il avait prédit que les Américains gagneraient le plus de médailles d'or et le plus de médailles, il n'avait pas prévu leur niveau de dominance. Il avait aussi prédit correctement que la Chine et la Grande-Bretagne suivraient au total des médailles.

«Les différences sont minuscules, a dit Gleave. Ce serait bien difficile de tout prédire correctement. Certains sports sont incroyablement impossibles à prédire. L'écart entre les athlètes de pointe de ces sports est habituellement très mince.»

Avec Associated Press




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer