Brésil: rien ne va plus à 100 jours des Jeux de Rio

La cérémonie d'ouverture des Jeux de Rio aura... (PHOTO YASUYOSHI CHIBA, ARCHIVES AFO)

Agrandir

La cérémonie d'ouverture des Jeux de Rio aura lieu le 5 août au légendaire stade Maracana.

PHOTO YASUYOSHI CHIBA, ARCHIVES AFO

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre AUSSEILL
Agence France-Presse
RIO DE JANEIRO

À 100 jours mercredi du coup d'envoi des Jeux olympiques de Rio de Janeiro, les stades sont prêts pour accueillir les Dieux de l'Olympe, mais le CIO s'inquiète de la descente aux enfers du Brésil, ébranlé par une gravissime crise politique et économique.

Les projecteurs sont braqués sur la capitale Brasilia. Et c'est dans l'indifférence générale que des milliers d'ouvriers s'affairent à Rio aux ultimes préparatifs des premiers Jeux olympiques de l'histoire en Amérique du Sud.

Car le séisme politique qui secoue le Brésil a relégué au second plan les inquiétudes sur l'achèvement des travaux du métro, la menace du virus Zika ou la pollution de la baie carte postale de Rio.

Le roi du sprint mondial Usain Bolt décrochera-t-il les dernières médailles d'or de sa carrière sous la bénédiction de la statue du Christ Rédempteur?

Les Brésiliens se demandent plutôt qui de l'impopulaire présidente Dilma Rousseff, au bord de la destitution, ou de son vice-président « conspirateur » Michel Temer déclarera les Jeux ouverts, le 5 août, au légendaire stade Maracana, devant des centaines de millions de téléspectateurs.

L'instabilité politique, la crise économique, les imprévisibles développements de l'énorme scandale de corruption Petrobras, et la mauvaise humeur des Brésiliens vont-ils ternir la grande fête planétaire du sport?

Malgré les discours rassurants du Comité international olympique (CIO) et des autorités, l'inquiétude est palpable.

Le 2 octobre 2009 à Copenhague, en élisant Rio, les délégués du CIO étaient loin d'imaginer que, sept ans plus tard, la jeune démocratie brésilienne traverserait sa pire crise politique depuis la fin de la dictature en 1985, sa plus grave récession économique depuis les années 30.

Le Brésil émergent, porté par le boom des matières premières, affichait une croissance économique insolente alors que les grandes puissances industrielles vacillaient, en pleine crise financière des subprimes.

Regrets en vue?

Les JO de Rio, deux ans après le Mondial-2014, devaient marquer l'apothéose de l'avènement du Brésil au premier plan de la scène mondiale.

« Vous ne le regretterez pas! », avait lancé aux délégués l'ouvrier-président Luiz Inacio Lula da Silva, incarnation de la « success story » brésilienne.

Lula est aujourd'hui soupçonné de corruption. Et son héritière politique Dilma Rousseff risque une humiliante destitution pour maquillage des comptes publics.

Mi-mai, les sénateurs vont selon toute vraisemblance prononcer la mise en accusation de Mme Rousseff et l'écarter du pouvoir pour un maximum de six mois, en attendant un jugement final. Nul ne sait s'il interviendra avant ou après les Jeux olympiques.

La présidente dénonce avec vigueur un « coup d'État » institutionnel. Ses opposants s'insurgent qu'elle propage ainsi à l'étranger l'image d'une « République bananière ».

Dans ce contexte explosif, le CIO s'efforce de faire bonne figure. « Ce sera le grand moment du Brésil et ce seront les Jeux du Brésil », a affirmé jeudi son président Thomas Bach, lors de l'allumage de la flamme des Jeux de Rio sur le site antique d'Olympie en Grèce.

La flamme « apporte le message que notre cher Brésil peut et va être uni », s'est aventuré le président du comité organisateur Rio-2016, Carlos Nuzmann, en l'absence notable de Mme Rousseff.

Mais il a bien dû l'admettre: le Brésil navigue « dans les eaux les plus difficiles que le mouvement olympique ait connues ».

Rio de Janeiro a pourtant rempli ses devoirs, hormis l'échec cuisant de la dépollution de la baie de Guanabara où se dérouleront les épreuves de voile, à l'ombre du Pain de sucre.

Loin de la préparation chaotique du Mondial-2014, budgets et délais ont été tenus: les installations sportives sont prêtes à 98 %.

Reste à poser la piste d'athlétisme au stade olympique. Seul réel motif d'inquiétude pour les compétitions, les retards accumulés du vélodrome, dont le parquet n'a toujours pas été posé.

Métro en retard

Le gros point d'interrogation porte sur l'achèvement de la nouvelle Ligne 4 du métro, stratégique dans le plan de mobilité des JO.

Cette ligne de 16 km doit permettre de relier en 13 minutes les plages de Copacabana et d'Ipanema (zone sud) au quartier moderne de Barra da Tijuca (ouest), centre névralgique des Jeux.

Car il faut parfois plus de deux heures pour parcourir cette distance en voiture au milieu de l'infernal embouteillage des heures de pointe...

Or l'ouverture de la ligne n'est prévue qu'en juillet, à un mois des Jeux, et le percement complet du tunnel n'a eu lieu qu'en avril.

« Je garantis que le métro sera opérationnel pour les Jeux », martèle pourtant le secrétaire aux Transports de l'État de Rio, Rodrigo Vieira...

Côté sécurité, plus de 80 000 policiers et militaires - le double des JO-2012 de Londres - veilleront au bien-être de 10 500 athlètes et 450 000 visiteurs du monde entier.

Malgré des progrès ces dernières années, Rio demeure une ville dangereuse où narcotrafic et misère alimentent une criminalité élevée.

Et si le Brésil n'a jamais été la cible d'une attaque terroriste, les attentats en Europe ont relevé le niveau d'alerte.

Le service de renseignement Abin prend au sérieux la menace postée sur Twitter par l'activiste français de Daech Maxime Hauchard, le 16 novembre, trois jours après les attaques de Paris: « Brésil vous êtes notre prochaine cible ».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer