JO 2020: le comité d'organisation nie les accusations de corruption

La justice française enquête depuis décembre sur des... (Photo Yuya Shino, archives Reuters)

Agrandir

La justice française enquête depuis décembre sur des soupçons de corruption dans l'attribution des Jeux de Rio l'été prochain et Tokyo en 2020.

Photo Yuya Shino, archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alastair Himmer
Agence France-Presse
Tokyo

Le directeur général du comité d'organisation des Jeux olympiques de 2020, Toshiro Muto, a jugé jeudi les soupçons de corruption sur l'attribution de l'évènement à Tokyo «au-delà de (l') entendement».

«Tokyo-2020 considère que ces allégations sont au-delà de notre entendement», a déclaré Toshiro Muto lors d'une interview à l'AFP. «Il est clair que les Jeux ont été attribués à Tokyo parce que notre ville proposait le meilleur dossier.»

La justice française enquête depuis décembre sur des soupçons de corruption dans l'attribution des Jeux de Rio l'été prochain et Tokyo en 2020. Cette enquête du parquet national financier (PNF) est consécutive à celle qui a conduit à la mise en examen début novembre de l'ancien président de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), Lamine Diack.

Tokyo rebondit d'une crise à une autre depuis qu'elle a battu Madrid et Istanbul pour obtenir les JO de 2020, avec notamment l'annulation par le premier ministre Shinzo Abe en juillet 2015 du projet de stade olympique en raison de son coût, évalué à 2 milliards de dollars.

Des accusations de plagiat ont ensuite obligé les organisateurs à changer de logo, puis la justice française a lancé son enquête.

Sur l'autre point polémique, le coût de l'évènement, Tokyo a déclaré lutter pour contrôler l'escalade, avec la crainte que le montant total dépasse les 15 milliards de dollars, six fois les dépenses prévues et trois fois plus que Rio.

«Le budget augmente naturellement, comme le coût de la vie et les changements de plans», a expliqué Muto, ancien directeur de la Banque du Japon. «On ne sait pas encore à l'heure actuelle de combien. (...) Nous ne le saurons précisément qu'à la fin des Jeux.»

«Les prix de la construction au Japon sont parmi les plus élevés du monde. Cela étant, je pense que le budget est raisonnable. Nous surveillons de très près ces coûts, et ferons des ajustement annuels. Le public doit supporter le moins possible de frais», a-t-il encore affirmé.

Les attentes sont élevées pour l'économie japonaise, qui devrait bénéficier des Jeux à hauteur de 263 milliards de dollars de revenus supplémentaires jusqu'à 2020.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer