Virus Zika: le Brésil écarte toute annulation des JO

Le Brésil est le pays le plus touché... (Photo Ricardo Moraes, Reuters)

Agrandir

Le Brésil est le pays le plus touché par une épidémie de virus Zika qui se répand à une vitesse explosive dans la région.

Photo Ricardo Moraes, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Brasilia

Le gouvernement brésilien a formellement écarté toute possibilité d'annuler les Jeux olympiques de Rio de Janeiro à cause de l'épidémie de virus Zika qui sévit au Brésil.

«Cette option n'est pas envisagée. Le gouvernement brésilien s'emploie totalement à garantir que les Jeux de Rio se dérouleront dans la sécurité et la tranquillité», a déclaré le ministre des Sports George Hilton dans un communiqué diffusé dans la nuit de jeudi à vendredi.

«Un soin total sera apporté à la santé de tous les participants à la plus grande fête du sport mondial», a ajouté le ministre brésilien, à six mois exactement du coup d'envoi des premiers Jeux olympiques organisés en Amérique du Sud.

Le Brésil est le pays le plus touché par une épidémie de virus Zika qui se répand à une vitesse explosive dans la région.

Transmis par la piqure de moustiques de type Aedes, Zika est fortement soupçonné d'être la cause de nombreux cas de malformations congénitales chez les nourrissons dont les mères ont été contaminées pendant leur grossesse.

Environ 1,5 million de malades du virus Zika ont été recensés au Brésil où 404 cas de microcéphalie ont été confirmés et 3670 cas suspects sont en cours d'examen, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qui a décrété cette semaine une «urgence de santé publique de portée internationale».

L'OMS s'est abstenue jusqu'à présent de formuler des recommandations concernant les voyages dans les zones affectées par le Zika.

Le chef de cabinet de la présidente Dilma Rousseff, Jaques Wagner, a toutefois recommandé la semaine dernière aux femmes enceintes d'éviter de se rendre au Brésil, comme l'ont fait d'autres pays dont les États-Unis.

Les autorités sanitaires brésiliennes se veulent rassurantes sur les risques de contamination au moment des JO.

Ils auront lieu en effet en plein hiver austral, une saison sèche et moins chaude marquant la fin des épidémies annuelles de virus tropicaux comme Zika et la dengue avec la disparition progressive des moustiques transmetteurs.

En l'absence de vaccin ou de traitement contre Zika, les autorités brésiliennes mènent actuellement une gigantesque campagne de sensibilisation et de prévention, avec environ 200 000 militaires mobilisés.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer