Lutte olympique: Martine Dugrenier tire sa révérence

Martine Dugrenier en 2012.... (Photo: Édouard Plante-Fréchette, La Presse)

Agrandir

Martine Dugrenier en 2012.

Photo: Édouard Plante-Fréchette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Presse Canadienne
Montréal

La lutteuse Martine Dugrenier a annoncé sa retraite sportive au terme d'une carrière qui s'est échelonnée sur plus de 15 ans, mercredi, en raison d'une blessure à un bras.

Après avoir participé aux Jeux olympiques de Londres malgré une blessure à l'épaule gauche, la détentrice de trois titres mondiaux est passée sous le bistouri en deux occasions sans retrouver la pleine amplitude de son bras.

«J'aurais préféré le scénario de Walt Disney et être capable de lutter une dernière année pour participer aux Jeux panaméricains et aux Championnats du monde», a déclaré celle qui s'est entraînée sous la gouverne de Victor Zilbeman depuis ses débuts en lutte, en 1996.

«J'ai espéré jusqu'à la dernière minute, mais physiquement c'est impossible de poursuivre», a-t-elle précisé, résignée.

Son dernier combat fut donc celui pour l'obtention de la médaille de bronze chez les moins de 67 kg aux Jeux olympiques de Londres en 2012, où elle a été défaite par la Mongole Battsetseg Sotonzonbold. Elle a également terminé au pied du podium aux Jeux olympiques de Pékin chez les moins de 63 kg.

Au fil de sa carrière, la Lavalloise a été sacrée championne du monde en 2008, 2009 et 2010. Elle a aussi remporté la médaille d'argent aux Championnats du monde de 2005 à 2007.

Un hasard l'a menée à la lutte

Bien qu'elle pratique la lutte depuis près de 20 ans, c'est en gymnastique que la carrière de Dugrenier a commencé. Elle avait reçu une bourse pour poursuivre ses études post-secondaires aux États-Unis, mais une blessure au genou, alors qu'elle était en cinquième secondaire, l'a momentanément laissée sans bourse et à l'écart de la gymnastique.

«Mon entraîneur, dont le fils pratiquait la lutte, m'a suggéré d'aller au Collège Vanier pour apprendre l'anglais avant d'aller aux États-Unis», s'est-elle souvenue.

La lutte, enseignée par Zilberman, était le seul cours d'éducation physique qui entrait dans son horaire.

«Mon entraîneur m'avait dit de prendre le cours, que c'était sûr que j'allais apprendre quelque chose avec Victor. De là à m'imaginer où ça allait me mener…, a-t-elle confié. Ma carrière aurait pu se terminer à l'âge de 19 ou 20 ans, alors je savoure pleinement le moment. J'ai pu voyager à travers le monde, représenter mon pays et remporter des médailles au niveau international.»

Sa carrière d'athlète étant maintenant terminée, malgré un bras hypothéqué, Dugrenier souhaite se concentrer sur l'enseignement, elle qui est présentement professeure d'éducation physique au Collège Vanier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer