Tour d'Espagne: un «scénario rêvé» pour Chris Froome

Après neuf étapes au Tour d'Espagne, Chris Froome... (Photo Jaime Reima, AFP)

Agrandir

Après neuf étapes au Tour d'Espagne, Chris Froome compte 36 secondes d'avance au classement général sur Esteban Chaves et plus d'une minute sur tous ses autres poursuivants.

Photo Jaime Reima, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Elche, Espagne

Le Britannique Chris Froome, solide maillot rouge du Tour d'Espagne, s'est dit heureux du «scénario rêvé» de la première semaine de course à l'heure d'aborder lundi la première journée de repos avec plus d'une minute d'avance sur la plupart de ses rivaux.

«Je suis vraiment heureux du début de la Vuelta cette année», a commenté le leader de l'équipe Sky lors d'une conférence de presse à Elche, dans la région de Valence (sud-est de l'Espagne).

«Nous n'avons escaladé pour l'instant que des ascensions finales de 3 ou 4 km de long, évidemment les organisateurs veulent que les choses restent serrées (au classement). Mais être dans cette position après ces courtes côtes est le scénario rêvé pour nous», a-t-il fait valoir.

Froome, 32 ans, s'est montré irrésistible lors de cette première semaine de course et il a confirmé son net ascendant en montagne dimanche en s'imposant au sommet de Cumbre del Sol pour conforter son maillot rouge de meneur.

Après neuf étapes, le Britannique compte 36 secondes d'avance au général sur le Colombien Esteban Chaves (Orica), son dauphin, et plus d'une minute sur tous ses autres poursuivants: l'Italien Vincenzo Nibali (Bahreïn) est 4e à 1 min 17 sec, l'Italien Fabio Aru (Astana) est 7e à 1:33, l'Espagnol Alberto Contador (Trek) est 13e à 3:32 et le Français Romain Bardet (Ag2r) 25e à 10:51.

En position de force

Avec la perspective d'un long contre-la-montre individuel tout plat (40,2 km) lors de la 16e étape, Froome est en position de force pour remporter sa première Vuelta après trois deuxièmes places (2011, 2014, 2016). Et il paraît en mesure de réussir le doublé Tour de France-Tour d'Espagne la même année, un exploit inédit depuis le Français Bernard Hinault en 1978.

«La Vuelta est une superbe course et je prends du plaisir à la disputer. C'est la course où j'ai découvert que je pouvais aller au bout en montagne avec les coureurs du classement général (en 2011, NDLR)», a fait valoir le quadruple vainqueur du Tour de France.

«C'est un plaisir de revenir ici, les conditions me conviennent. La chaleur étouffante, c'est parfait pour moi», a-t-il poursuivi.

Froome se méfie néanmoins des prochains jours, qui conduiront les coureurs dans les reliefs de la Sierra Nevada, en Andalousie (14e et 15e étapes), avant deux «monstres» programmés la dernière semaine dans le nord de la péninsule: l'ascension inédite vers Los Machucos (17e étape) et l'avant-dernière journée sur les pentes de l'Angliru (20e étape), juge de paix de cette Vuelta.

«La course est plus aggressive qu'au Tour de France. Chaque jour est important pour le classement général, alors qu'il n'y avait que trois arrivées au sommet sur le Tour, ce qui laissait peu de droit à l'erreur», a prévenu le Britannique. «Sur la Vuelta, il y a tellement d'arrivées au sommet que je peux me permettre d'être un peu plus joueur et de tenter ma chance.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer