Un «décongestionnant» dans un colis suspect de Bradley Wiggins

Bradley Wiggins... (Photo Pascal Pavani, archives AFP)

Agrandir

Bradley Wiggins

Photo Pascal Pavani, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Londres

Le colis reçu en 2011 lors du Dauphiné Libéré par le médecin de Bradley Wiggins contenait un décongestionnant nasal, a assuré lundi Dave Brailsford, le directeur sportif de l'équipe Sky qui employait alors le cycliste britannique visé par une enquête de l'Agence antidopage britannique (UKAD).

«Richard Freeman (le médecin de l'équipe Sky) m'a dit que c'était du Fluimicil», a déclaré lors d'une audition de la commission Culture, Médias et Sport du parlement britannique le dirigeant qui se refusait jusque-là à préciser le contenu du paquet. «C'est ce qu'il y avait dans le colis. C'est ce que le Dr. Freeman m'a dit».

Le contenu de ce colis est au centre d'une enquête menée par l'UKAD au sujet de possibles agissements répréhensibles de l'équipe Sky et de la fédération britannique de cyclisme, qui partagent leurs locaux.

Début octobre, le Daily Mail avait assuré que Wiggins avait reçu ce colis puis remporté le lendemain l'étape du Dauphiné, alors sa plus grande victoire en carrière. L'année suivante, le quintuple champion olympique a remporté le Tour de France 2012.

Selon le quotidien britannique, sa fédération n'avait pas pu identifier la substance présente dans le colis, mais avait indiqué que l'envoi ne contenait pas de triamcinolone, un stéroïde interdit qui traite les problèmes d'asthme dont souffre Wiggins.

Le colis avait été délivré à l'époque à l'ex-coureur de 36 ans par le médecin de la fédération Simon Cope. C'est d'ailleurs le déplacement du médecin, de Manchester jusqu'en France, qui avait attiré les soupçons

«C'est peut-être de là que vient toute la confusion. Le but du déplacement de Simon Cope n'était pas de venir au Dauphiné simplement pour délivrer un paquet», a assuré Brailsford devant les membres de la commission qui se penchent depuis des semaines sur les questions de dopage dans le cyclisme britannique.

Mi-septembre, le groupe de pirates informatiques «Fancy Bears» a certifié que Bradley Wiggins avait bénéficié d'une autorisation d'usage à des fins thérapeutiques (AUT) pour prendre de la triamcinolone avant trois courses majeures (les Tour de France 2011 et 2012, et le Giro 2013). La question de ces AUT est également l'un des sujets qui intéresse la commission.

Également présents à l'audition, Bob Howden, le président de la fédération britannique de cyclisme, et George Gilbert, celui de la comission d'éthique de la fédération, ont reconnu qu'eux non plus n'avaient pas connaissance du contenu du paquet.

Le second a déclaré qu'il pensait même qu'il s'agissait de «pédales» ou de «paires de chaussures».




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer