Une équipe africaine pour la première fois au Tour de France

Une équipe sud-africaine, MTN-Qhubeka, qui compte plusieurs coureurs africains... (Photo Eric Feferberg, archives AFP)

Agrandir

Photo Eric Feferberg, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Une équipe sud-africaine, MTN-Qhubeka, qui compte plusieurs coureurs africains prometteurs dans son effectif, sera pour la première fois au départ du Tour de France en juillet prochain.

«La participation au Tour va accélérer la progression du cyclisme africain», s'est félicité auprès de l'AFP le directeur du Tour, Christian Prudhomme, en révélant mercredi les noms des cinq formations invitées pour la prochaine édition.

Outre MTN-Qhubeka, les autres invitations pour la 102e édition, qui partira le 4 juillet d'Utrecht (Pays-Bas), ont été attribuées sans surprise aux trois formations françaises de deuxième division, Bretagne-Séché, Cofidis et Europcar, ainsi qu'à l'équipe allemande Bora.

MTN-Qhubeka, qui a participé à la dernière Vuelta, s'est considérablement renforcée à l'intersaison par un recrutement basé sur des routiers-sprinteurs. Le Norvégien Edvald Boasson Hagen, l'un des hommes forts de Sky ces dernières saisons, l'Australien Matt Goss, ancien vainqueur de Milan-Sanremo, le Néerlandais Theo Bos et l'Américain Tyler Farrar, ont intégré cet hiver l'équipe sud-africaine.

Le grimpeur érythréen Natnael Berhane (24 ans), qui a gagné le Tour de Turquie 2013 sous le maillot Europcar, a rejoint son compatriote Daniel Teklehaimanot dans le groupe. À côté d'autres jeunes coureurs prometteurs, le Sud-Africain Louis Meintjes (22 ans) et un autre espoir du cyclisme érythréen, Merhawi Kudus (20 ans).

«Progresser» en zoulou

«Ces jeunes coureurs érythréens sont les petits-enfants de Coppi et Bartali», s'est enthousiasmé Christian Prudhomme en faisant référence à la présence, jadis, de l'Italie en Éthiopie. «L'équipe a encadré ses jeunes éléments par des coureurs d'expérience, pour continuer à grandir. On disait de Boasson Hagen, ces dernières années, qu'il allait dominer le cyclisme mondial. Quant à Bos, Farrar et Goss, ce sont de très bons sprinteurs».

«MTN-Qhubeka a un beau projet de développer le vélo jusque dans les townships», a souligné également le directeur du Tour à propos de cette formation, la première équipe cycliste professionnelle africaine.

MTN, son premier parraineur, est une firme de télécommunications. Qhubeka, une organisation à but non lucratif dont le nom signifie «progresser» en zoulou, a pour but d'aider les enfants des communautés rurales en leur fournissant des vélos, un moyen de transport écolo adapté aux déplacements de transport scolaire. «Sur 16 millions d'enfants scolarisés en Afrique du sud, 12 millions font le trajet à pied», rappelle volontiers le manager Doug Ryder.

Créée en 2007, l'équipe a grimpé d'un échelon en 2013 pour rejoindre la deuxième division (Continental Pro). Doug Ryder avait alors annoncé viser la participation au Tour de France.

«L'ouverture au monde se poursuit», a conclu Christian Prudhomme en relevant que la prochaine édition aura parmi ses favoris un Colombien, Nairo Quintana. «Bernard Hinault (quintuple vainqueur du Tour entre 1978 et 1985) nous l'a dit quand il a vu Berhane gagner la Tropicale Amissa Bongo: les coureurs africains lui font penser aux Colombiens des années 1980».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer