Knicks: Charles Oakley ne comprend pas son expulsion

L'ancien joueur des Knicks de New York Charles... (Photo Frank Franklin II, AP)

Agrandir

L'ancien joueur des Knicks de New York Charles Oakley a été expulsé du Madison Square Garden, mercredi soir.

Photo Frank Franklin II, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Los Angeles

L'ancienne gloire des Knicks de New York Charles Oakley ne comprend toujours pas pourquoi il a été expulsé manu militari mercredi du Madison Square Garden, tout en reconnaissant entretenir des relations conflictuelles avec le propriétaire de l'équipe James Dolan.

«Je n'ai même pas parlé (à James Dolan), je l'ai encore moins insulté», a expliqué sur la station de radio ESPN New York Oakley, dont les images de l'évacuation par des agents de sécurité en plein match entre les Knicks et les Clippers, ont fait le tour des réseaux de télévision américains.



«Je veux présenter mes excuses aux spectateurs et à tous ceux qui ont vu cette scène, mais je ne suis pas quelqu'un qui provoque des problèmes», s'est défendu Oakley qui a porté l'uniforme des Knicks entre 1988 et 1998.

Selon Oakley, James Dolan, le propriétaire du Madison Square Garden et de l'équipe depuis 2010, l'a pris en grippe.

«Dès que je rentre au "Garden", le personnel doit avertir Dolan. Là, huit à dix personnes sont venues et m'ont demandé de quitter l'aréna. C'est là que tout a commencé, je ne savais même pas que Dolan était assis tout près», a expliqué Oakley, qui a bousculé plusieurs agents de sécurité.

«Il ne me serre même pas la main, il ne veut rien avoir à faire avec moi», a poursuivi Oakley, qui critique régulièrement les dirigeants des Knicks pour les mauvais résultats de l'équipe.

Oakley, qui a été menotté, puis inculpé de violences et de violation de propriété, a regretté les termes du communiqué des Knicks qui ont rapporté l'incident, suggérant qu'il avait «besoin d'aide».

«C'est une attaque personnelle, ils disent en substance qu'il y a quelque chose qui cloche avec moi, je ne peux pas le croire», a-t-il relevé.

Les Knicks ont réagi à ces propos en publiant un communiqué où ils assurent que «tout ce que (Oakley) dit depuis cet incident est de la pure fiction».

«Des douzaines d'agents de sécurité, d'employés du Madison Square Garden et de policiers ont été témoins de son comportement injurieux. Cela a commencé dès son entrée dans l'aréna et a continué jusqu'à son arrestation», ont-ils indiqué.




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer