Des matchs réguliers des Raptors au Centre Bell?

Evenko aimerait offrir des matchs de la saison... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Evenko aimerait offrir des matchs de la saison des Raptors de Toronto à la clientèle québécoise.

Photo Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À la lumière des matchs préparatoires qui ont été présentés à Montréal au cours des trois dernières saisons et qui ont fait salle comble chaque fois, le groupe evenko aimerait élargir son offre de basketball tout en maximisant la rentabilité du Centre Bell.

«On a approché la NBA en tant que locateurs et non en tant que propriétaires», a précisé Jacques Aubé, vice-président exécutif et chef de l'exploitation du Groupe CH/evenko, en parlant de la rencontre entre Kevin Gilmore, bras droit de Geoff Molson, et Adam Silver, commissaire de la NBA, au cours des derniers mois.

Ce que vise evenko pour l'instant, ce serait de présenter jusqu'à une dizaine de matchs des Raptors de Toronto au Centre Bell. Non pas des matchs locaux des Raptors qui les sortiraient du Centre Air Canada, mais des matchs à l'étranger devant être disputés dans des villes où l'équipe de basketball peine à attirer les foules.

Cet ambitieux projet, que le groupe evenko n'a pas encore présenté de façon formelle aux Raptors, comporte son lot d'embûches, notamment celle de démêler la question des abonnements de saison. Dans chaque ville, les détenteurs achètent des forfaits en vue d'un certain nombre de matchs. Qu'arriverait-il si quelques-uns de ces matchs étaient disputés dans une autre ville? Peut-être y aurait-il lieu de voir ce que le baseball majeur a fait avec les abonnés de saison des Expos à l'époque où le défunt club de baseball a disputé des matchs locaux à Puerto Rico...

Aucun investisseur n'a jusqu'ici été ciblé pour implanter une équipe de basketball à Montréal. Pour sa part, Geoff Molson a indiqué que son entreprise, axée sur le sport et le divertissement, avait le devoir d'écouter si une occasion se présentait.

«À l'heure actuelle, nous n'avons pas de projet en marche pour ramener le baseball ou amener du basketball à Montréal, a-t-il dit. Mais s'il y a une opportunité d'amener une équipe à Montréal, il n'y a qu'un endroit où elle pourrait jouer [le Centre Bell], à moins que cette équipe-là construise son propre édifice...

«C'est pour ça qu'il faut écouter.»

Les plus petits à Laval

La présentation de quelques matchs réguliers de la NBA forcerait le Canadien à ajuster son calendrier, étant donné que les saisons de hockey et de basketball se chevauchent. Mais si les Raptors et les Maple Leafs arrivent à partager le Centre Air Canada, ça ne devrait pas poser de trop gros problèmes.

Sans oublier que le Centre Bell est au deuxième rang des arénas les plus occupés au Canada, mais que son carnet pourrait s'alléger au cours des prochaines années avec l'inauguration de la Place Bell à Laval, qui doit ouvrir ses portes en septembre 2017.

Des concerts n'exigeant pas la pleine configuration du Centre Bell pourraient très bien migrer vers Laval - un amphithéâtre de 10 000 places - afin de laisser le champ libre à des événements qui nécessitent un plus grand déploiement comme le basketball.

«En même temps, note Jacques Aubé, de moins en moins d'artistes font des concerts pour 12 000 ou 13 000 fans. Avec la digitalisation, il y a davantage d'artistes qui ont chacun moins de fans.»

Deux ans à Terre-Neuve

À propos de la Place Bell, Geoff Molson se garde toujours de la nommer comme le prochain domicile du club-école du Canadien. «Beaucoup de choses peuvent encore changer en deux ans, a-t-il dit. On fera une annonce lorsqu'on sera prêts.»

En attendant, le propriétaire du Tricolore a décrit comme un «alignement des astres» la transaction qui lui a permis de racheter les Bulldogs de Hamilton de Michael Andlauer. Les Bulls de Belleville voulaient déménager leur concession de la Ligue de l'Ontario, Andlauer souhaitait maintenir du hockey à Hamilton et les Jets de Winnipeg entendaient quitter Saint-Jean de Terre-Neuve afin de rapatrier leur club-école au Manitoba.

«Ç'a toujours été dans les plans de reprendre un jour la filiale sous le contrôle du Canadien», a indiqué M. Molson.

À l'époque où Andlauer avait acheté les Bulldogs de George Gillett, une clause permettait au CH de racheter l'équipe à certaines années précises. Lorsque Molson a mis la main sur le CH en 2009, Andlauer croyait que la transaction se ferait à ce moment-là, mais elle ne s'est finalement concrétisée qu'à la fin de l'hiver.

La passion de ce dernier pour le développement des jeunes joueurs faisait en sorte que personne n'était pressé de régler le dossier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer