«March Madness»: un duel relevé en finale

Jahil Okafor (Duke) et Frank Kaminsky (Wisconsin) seront... (Photos USA Today et AP)

Agrandir

Jahil Okafor (Duke) et Frank Kaminsky (Wisconsin) seront au coeur de l'action ce soir.

Photos USA Today et AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Ce sont bien deux des meilleures équipes de la NCAA qui s'affronteront ce soir en finale du «March Madness» et le spectacle promet d'être tout aussi relevé que si les fameux Wildcats de l'Université Kentucky avaient été au rendez-vous.

Les Blue Devils de l'Université Duke et les Badgers de l'Université du Wisconsin ont mérité leurs billets avec brio, samedi, les premiers devant Michigan State (81-61), les seconds devant Kentucky, justement (71-64).

Les deux finalistes ont déjà remporté le championnat, mais le palmarès de Duke est plus prestigieux avec quatre titres, tous sous la gouverne du réputé Mike Krzyzewski. L'entraîneur égale cette année le légendaire John Wooden avec 12 présences au Final Four, et il mènera les Blue Devils dans une neuvième finale.

Championne en 1991, 1992, 2001 et 2010, Duke mise sur trois joueurs recrues de premier plan, Jahlil Okafor, Tyus Jones et Justise Winslow. «Nous avons progressé toute la saison, a rappelé Krzyzewski en point de presse. Notre défense est excellente depuis le début du tournoi, Okafor en particulier fait un travail incroyable.

«Il faudra encore jouer de cette façon en finale, bien varier notre offensive et fermer le jeu dans notre zone.»

Étonnants Badgers

La plupart des observateurs avaient prévu une finale Duke-Kentucky et Wisconsin est un peu l'invitée-surprise du dernier match, mais les Badgers ont prouvé samedi qu'ils étaient dignes du championnat.

En 14 saisons au Wisconsin, l'entraîneur Bo Ryan a toujours mené son équipe au «March Madness», mais c'était seulement la deuxième fois qu'ils étaient du Final Four après leur défaite en demi-finale la saison dernière. Wisconsin a déjà remporté un titre en... 1941!

L'équipe actuelle a d'ailleurs un petit côté rétro, avec une formation costaude (quatre réguliers de plus de 6'10") qui pratique un style de basketball très physique, à l'image de Frank Kaminsky (20 points et 11 rebonds contre Kentucky) et Sam Dekker (16 points).

«C'est vraiment excitant d'atteindre la finale, a raconté Dekker. Nous n'avons pas voulu trop penser à Kentucky, pas voulu en faire une trop grosse affaire, et nous ne penserons pas trop à Duke. Il s'agit simplement d'un autre match de basketball et nous savons que nous pouvons l'emporter si nous y mettons le même effort.»

Les Blue Devils avaient battu les Badgers, 80-70, plus tôt cette saison. «Cela fait déjà quatre mois et les deux équipes ont beaucoup changé, a insisté Dekker. Duke est un grand programme de basketball, avec d'excellents joueurs, un grand entraîneur. C'est un privilège pour nous, pour moi, de pouvoir disputer une finale contre eux.»

Entre Duke (34-4) et Wisconsin (36-3), les experts sont très partagés. Les Blue Devils ont été impeccables depuis le début du tournoi, mais si une équipe peut les surprendre, c'est bien celle des Badgers!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer