Dopage: la marathonienne Jemima Sumgong suspendue quatre ans

La Kényane Jemima Sumgong a remporté la médaille... (Photo Adrian Dennis, archives AFP)

Agrandir

La Kényane Jemima Sumgong a remporté la médaille d'or au marathon aux Jeux olympiques de Rio en 2016.

Photo Adrian Dennis, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Nairobi, Kenya

La Kényane Jemima Sumgong, première championne olympique de marathon de l'histoire de son pays en 2016 à Rio, a été condamnée à quatre ans de suspension pour un contrôle positif à l'EPO, a annoncé mardi la Fédération kényane d'athlétisme (AK).

«Sumgong sera suspendue pour quatre ans à compter du 3 avril 2017, date à laquelle elle avait été provisoirement suspendue», a indiqué AK dans un communiqué. Sumgong, 32 ans, avait été contrôlée positive à l'EPO lors d'un test pratiqué hors-compétition.

Sumgong avait déjà connu les affres d'une suspension de deux ans pour dopage - ramenée à un an en appel - en 2012, cette fois pour prise de Prednisolone, un stéroïde interdit. Elle avait alors affirmé qu'il provenait d'une injection destinée à soigner un problème de hanche.

L'athlète, une des meilleures marathoniennes au monde, est une ancienne partenaire d'entraînement de la Kényane Rita Jeptoo, ex-reine de la discipline, elle-même tombée pour dopage en 2014.

À Rio, Sumgong avait notamment devancé la championne du monde en titre, l'Éthiopienne Mare Dibaba (3e), pour devenir la première Kényane à remporter l'or olympique sur la distance.

Sumgong faisait partie des athlètes qui s'étaient réjouis du suivi médical mis en place au début de l'année au Kenya, une mesure destinée à lutter contre le dopage dans un pays frappé de plein fouet par ce fléau.

Elle avait ainsi accepté d'être suivie par plusieurs médecins désignés par AK et la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF).

Cette initiative avait été lancée à la suite d'un reportage de la chaîne de télévision allemande ARD appuyée par un article du Sunday Times en juillet, affirmant que le dopage était monnaie courante au sein du centre d'entraînement de l'élite kényane à Iten.

Le patron de la fédération kényane, Jackson Tuwei, avait prévenu à l'époque qu'un athlète qui ne participerait pas à ce programme ne pourrait être aligné lors des compétitions internationales.




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer