Loi antidopage: l'AMA donne un nouveau sursis au Kenya

Des athlètes kényans à l'entraînement.... (Photo Siegfried Modola, archives Reuters)

Agrandir

Des athlètes kényans à l'entraînement.

Photo Siegfried Modola, archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Nairobi, Kenya

L'Agence mondiale antidopage (AMA) a donné au Kenya jusqu'au 2 mai pour adopter une nouvelle législation antidopage et éviter ainsi une éventuelle interdiction de participer aux JO de Rio, a annoncé jeudi l'organisation.

Il s'agit du deuxième report accordé par l'AMA, le Kenya ayant déjà échoué à deux reprises à se conformer aux précédentes dates butoirs, les 11 février et 5 avril, a rappelé l'agence dans un communiqué envoyé depuis son siège de Montréal.

Le comité de suivi de l'AMA s'est réuni le 5 avril et a déterminé que «la situation actuelle n'était pas conforme» à ses attentes.

«À moins que la loi, la politique et les règles de l'Agence kényane antidopage (ADAK) ne soient adoptées avant le 2 mai, le comité recommandera à l'AMA de déclarer l'ADAK non conforme», indique le communiqué.

Au début avril, les parlementaires kényans ont bien procédé à la lecture préliminaire d'une loi qui sanctionne de 1000 dollars d'amende et/ou d'un an de prison les athlètes convaincus de dopage et met en place une Agence kényane antidopage (ADAK).

Mais le texte ne pourra être adopté au mieux avant le 20 avril, les travaux de l'Assemblée étant actuellement suspendus.

Le président de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), Sebastian Coe, avait menacé les athlètes kényans d'une suspension aux JO de 2016 si la nouvelle législation n'était pas mise en place à temps.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer