Camille Leblanc-Bazinet change d'entraîneur

Camille Leblanc-Bazinet a connu de difficiles Jeux mondiaux... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Camille Leblanc-Bazinet a connu de difficiles Jeux mondiaux de CrossFit, le mois dernier.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Plus d'un mois après avoir vécu une expérience difficile aux Jeux mondiaux de CrossFit et terminé au 13e rang, la Québécoise Camille Leblanc-Bazinet a accepté de revenir sur son expérience avec La Presse. D'emblée, l'athlète originaire de Richelieu, qui avait été couronnée championne du monde en 2014, affirme avoir été « très déçue » par ses performances cette année.

« Dans les épreuves, il y avait beaucoup de gros objets lourds et bizarres à déplacer. Je ne m'attendais pas à ça. Je n'étais pas assez prête pour ça », dit-elle.

Leblanc-Bazinet reconnaît que c'est toutefois une épreuve plus classique de CrossFit qui a marqué ses Jeux mondiaux : celle des arrachés. Pour cette épreuve, les athlètes devaient réaliser une série d'arrachés de plus en plus lourds, le plus rapidement possible. À trois reprises, une juge a estimé que Leblanc-Bazinet ne descendait pas suffisamment bas dans le mouvement, la forçant à recommencer et lui faisant perdre un temps précieux.

Leblanc-Bazinet a terminé cette épreuve au 36e rang. L'athlète a fondu en larmes après l'événement et n'a plus semblé la même. « Si je ne m'étais pas laissée affecter, j'aurais pu continuer et terminer la compétition dans les cinq premières. Je ne peux que me blâmer. Mais chaque année, je grandis et deviens meilleure en allant aux Games », dit-elle.

Pas question, donc, pour Leblanc-Bazinet d'abandonner la compétition. Mais la jeune femme a changé d'entraîneur. L'Américain CJ Martin n'assurera plus son programme. Doug Chapman, du gymnase Hyperfit, prendra la relève. « C'est comme si j'avais gradué de CJ. Je voulais diversifier ma programmation, et c'est déjà commencé ! », affirme la jeune femme.

De retour à Sherbrooke

Même si Leblanc-Bazinet habite au Colorado depuis quelques mois avec son mari, elle est de retour à Sherbrooke pour terminer deux des trois derniers cours qui lui manquent pour obtenir son baccalauréat en génie chimique.

Elle s'entraîne également comme jamais en prévision des Jeux mondiaux de l'an prochain.

« Les champions, ce sont ceux qui grandissent dans l'adversité. J'aime réellement ce que je fais. J'aime m'entraîner. Et les Jeux mondiaux, c'est la cerise sur le sundae. »

Cette année, plusieurs jeunes athlètes se sont qualifiées pour les Jeux mondiaux de CrossFit, dont l'Américaine Brooke Ence, qui a remporté l'épreuve de l'épaulé-jeté en soulevant une charge titanesque de 242 lb (110 kg). Leblanc-Bazinet sent-elle que la compétition se corse ?

« Non. Mais pour gagner, tu dois te diversifier et être toujours à ton meilleur, note-t-elle. À chaque année, tu te demandes si tu as envie de continuer à performer. Parce que les gens ne réalisent pas à quel point c'est beaucoup d'entraînement, ce que l'on fait. Mais à chaque fois que je termine les Jeux mondiaux, j'ai juste envie de retourner m'entraîner pour améliorer plein de choses ! Et c'est ce que je fais présentement. »

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer