Kimberly Hyacinthe veut poursuivre sur sa lancée

La sprinteuse québécoise Kimberly Hyacinthe (à droite) a remporté... (Photo Geoff Robins, AFP)

Agrandir

La sprinteuse québécoise Kimberly Hyacinthe (à droite) a remporté l'épreuve du 200 mètres lors des Championnats canadiens d'athlétisme, le 5 juillet dernier à Edmonton.

Photo Geoff Robins, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Geoffrion-McInnis
La Presse Canadienne

La sprinteuse québécoise Kimberly Hyacinthe a connu un début de saison canon, établissant au passage un nouveau record canadien. Elle espère maintenant se servir de ses récentes performances pour s'illustrer aux Jeux panaméricains de Toronto.

Hyacinthe, de Lachenaie, et ses coéquipières ontariennes Crystal Emmanuel, Shai-Anne Davis et Khamica Bingham ont signé un chrono de 42,85 secondes au relais 4 x 100 mètres aux Relais mondiaux qui étaient disputés à Nassau, aux Bahamas, début mai. Cette performance a permis aux Canadiennes d'assurer leur place sur la ligne de départ des Jeux olympiques de Rio en 2016 - une première en 16 ans pour le relais féminin.

«Nous avions déjà battu le record canadien une première fois en 2013, mais de le battre de nouveau aussi tôt dans la saison, c'est vraiment de bon augure», a reconnu Hyacinthe, qui participera à sa première épreuve, le 200 mètres individuel, jeudi, à Toronto. Vendredi, elle contribuera aux efforts du relais canadien.

Hyacinthe, qui est âgée de 26 ans, et ses coéquipières attribuent une partie des récents succès de l'équipe nationale d'athlétisme au changement de mentalité qui s'est opéré au cours des dernières années. Désormais, «on ne se contente plus de participer, on vise l'or», dit-elle.

«C'est une période très excitante pour l'équipe d'athlétisme parce que nous comptons sur de jeunes athlètes, qui performent à des niveaux très élevés. Ce sont en quelque sorte des diamants qui ne demandent qu'à être polis», a renchéri Phylicia George, une spécialiste du 100 m haies qui fait aussi partie de l'équipe du relais féminin.

On sent qu'une franche camaraderie est en train de s'établir entre Hyacinthe et ses coéquipières, même si son déménagement de Montréal à Toronto il y a trois ans pour se rapprocher de l'équipe nationale d'athlétisme n'a pas été de tout repos - à cause, notamment, de la barrière de la langue. L'impact a cependant été immédiat: elle a abaissé son record personnel au 200 m de trois dixièmes de seconde dès sa première année dans la ville Reine.

«Crystal et moi, on se relance sans arrêt: "Je vais te battre cette fois-ci". Encore récemment, elle m'a dit: "Est-ce que tu as hâte de te faire humilier ce week-end?" Et j'ai répondu "Woah... c'est ce que tu crois?"», a confié Hyacinthe, dont le meilleur chrono sur 200 mètres est de 22,78 secondes.

«Mais c'est juste pour s'amuser. Et lorsque nous participons à un entraînement très exigeant et que nous sommes sur le point de perdre connaissance, et bien nous perdons connaissance ensemble. Nous perdons toutes connaissance ensemble, nous pleurons toutes ensemble, et nous vomissons toutes ensemble», ajoute-elle en s'esclaffant.

L'atmosphère est bon enfant, ce qui permet à Hyacinthe et ses coéquipières de ne pas trop s'imposer de pression.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer