Oscar Pistorius règle à l'amiable un différend avec une voisine

Oscar Pistorius... (Photo Alexander Joe, AFP)

Agrandir

Oscar Pistorius

Photo Alexander Joe, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

L'affaire Pistorius
L'affaire Pistorius

Accusé du meurtre prémédité de sa petite amie Reeva Steenkamp lors de la nuit de la Saint-Valentin 2013, Oscar «Blade Runner» Pistorius, champion paralympique sud-africain, soutient qu'il a tué sa copine accidentellement, croyant tirer sur un cambrioleur réfugié dans la salle de bain. »

Sur le même thème

Agence France-Presse
Johannesburg

Le champion paralympique sud-africain Oscar Pistorius, qui sera jugé en mars pour le meurtre de sa petite amie, a réglé à l'amiable un différend avec une voisine qui l'avait fait arrêter en 2009 pour coups et blessures, a indiqué mercredi un de ses avocats.

«J'ai réglé cette affaire, c'était le 18 décembre», a indiqué à l'AFP Me Gary Pritchard sans livrer les détails de l'accord appelé à rester «confidentiel».

«Les deux parties ont signifié à la justice le retrait de leurs plaintes respectives et c'est réglé», a-t-il ajouté.

Cassidy Taylor-Memmory avait accusé Pistorius d'avoir brutalement refermé une porte sur elle lors d'une soirée chez lui à Pretoria en 2009, la blessant à la jambe, puis elle avait porté plainte après une opération à la hanche.

À la suite de cela, Pistorius avait été arrêté le 12 septembre 2009 et avait passé une nuit au poste. Lui-même affirme avoir simplement mis à la porte sa voisine trop alcoolisée et il avait contre-attaqué, réclamant 2,2 millions de rands (150 000 euros environ) pour le préjudice subi, la perte de revenu occasionnée par sa détention et atteinte à sa réputation.

Mme Taylor-Memmory a indiqué à l'agence d'information sud-africaine EWN que Pistorius avait pris en charge ses frais de justice et qu'elle était soulagée de cet accord, expliquant avoir été à l'époque inondée de messages malveillants.

L'avocat de Pistorius a déclaré de son côté que son client n'avait pas présenté d'excuses à Mme Taylor-Memmory.

«Il n'y a pas eu d'excuse, cela va sans dire, car s'il y en avait eu, elles auraient été faites par écrit puis publiées, mais c'est un accord confidentiel, donc elle a raison de dire qu'il n'y a pas eu d'excuse», a-t-il dit.

Ironie de l'histoire, le policier chargé de l'enquête à l'époque était Hilton Botha, celui-là même qui a supervisé le début de l'enquête au domicile de Pistorius le 14 février 2013 après le meurtre de sa petite amie Reeva Steenkamp.

Le procès doit se tenir du 3 au 20 mars et Pistorius s'est entouré d'avocats et d'experts de premier plan pour sa défense.

Le champion affirme avoir tué Reeva Steenkamp par accident, la prenant pour un cambrioleur caché aux toilettes, tandis que l'accusation affirme que le couple s'était disputé aux premières heures de la St-Valentin.




Rondelle Libre >

123302:liste;4317250:box; 300_billet-brunet.tpl:file;
la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer