Mike Weaver, héros dans l'ombre

Mike Weaver pourchassé par Darren Helm des Red... (Photo AP)

Agrandir

Mike Weaver pourchassé par Darren Helm des Red Wings.

Photo AP

Lorsque le Canadien a annoncé qu'il venait de faire l'acquisition de Mike Weaver, quelques jours avant la date limite des transactions, on peut dire sans trop se tromper que personne n'est tombé en bas de sa chaise, terrassé par un excès d'enthousiasme.

Après tout, on connaissait bien peu de choses de cet obscur défenseur que le Tricolore venait de dénicher chez les Panthers de la Floride en retour d'un choix de cinquième ronde au repêchage de 2015. Ses six petites mentions d'aide en 55 matchs n'avaient rien pour épater la galerie, tout comme ses 35 ans et son gabarit (5'10, 183 lb).

Mais en l'espace de quelques rencontres, tous ont fini par découvrir un défenseur fiable et solide dans sa zone, et qui ne craint pas de bloquer des lancers. De plus, il semble s'être trouvé une certaine touche offensive en amassant un but et quatre mentions d'aide à ses quatre derniers matchs.

Il s'est aussi distingué au cours du week-end en terminant le match de samedi, contre les Red Wings de Detroit, avec un différentiel de +4. Soyez cependant prévenus: ce n'est pas en lui rappelant cette donnée que vous arriverez à le complimenter.

«Je déteste cette statistique. Je pense que c'est la statistique la plus stupide qui soit. [...] Il y a les minutes de pénalité pour les bagarreurs. Il y a les buts pour les marqueurs et les passes pour les fabricants de jeu. Le différentiel est sans doute la seule statistique qui correspond à ma catégorie», a insisté le sympathique arrière au terme de l'entraînement, hier.

«Quand je vais sur la glace, que je bloque trois lancers en écoulant une pénalité, que je reviens au banc et que tout le monde me félicite, je pense que c'est ma plus grande récompense.»

Mike Weaver

Heureux problème

Weaver a non seulement réussi à s'attirer la faveur de la foule, mais il est également un joueur apprécié dans le vestiaire.

«Il a été excellent pour nous, s'est réjoui son coéquipier Josh Gorges. Il peut solidifier notre ligne bleue du fait qu'il joue du hockey intelligent. Il ne se fait pas battre à un-contre-un et il bloque des lancers. J'essaie de faire sensiblement les mêmes choses et, en ce sens-là, on peut dire qu'il y a plusieurs similitudes dans notre style de jeu.»

En fait, les performances de Weaver viennent créer un heureux problème pour l'entraîneur-chef Michel Therrien en vue des séries éliminatoires.

En présumant qu'ils demeurent tous en santé, les cinq premiers arrières du club seront P.K. Subban, Andrei Markov, Alexei Emelin, Gorges et Weaver. C'est donc dire que Douglas Murray, Francis Bouillon et Jarred Tinordi auront à se battre pour obtenir la sixième et dernière place dans la formation.

Il faudra cependant patienter un peu avant de connaître les plans du pilote du CH à ce sujet, puisqu'il n'était pas disponible pour rencontrer les médias après l'entraînement d'hier.

Peu importe la décision qui sera prise, Weaver entend poursuivre son bon travail de la même manière qu'il le fait depuis son arrivée à Montréal: de façon aussi discrète qu'efficace.

«Certains gars n'obtiennent pas de reconnaissance dans les journaux, et ça me va comme ça», lance-t-il avec le sourire aux lèvres.




Rondelle Libre >

123302:liste;4317250:box; 300_billet-brunet.tpl:file;
la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer