• Accueil > 
  • Sports 
  • > John Furlong, le visage des JO de 2010, poursuit un hebdomadaire 

John Furlong, le visage des JO de 2010, poursuit un hebdomadaire

John Furlong... (Photo: Reuters)

Agrandir

John Furlong

Photo: Reuters

Partager

James Keller
La Presse Canadienne
Vancouver

John Furlong, dont la réputation en tant que visage des Jeux olympiques d'hiver de Vancouver en 2010 a été ternie cette année par des allégations d'agression remontant à plusieurs décennies, a déposé une poursuite ciblant l'hebdomadaire qui a tout d'abord publié les allégations, a indiqué une porte-parole.

Les avocats de M. Furlong ont déposé mardi un énoncé de faits ciblant le journal Georgia Straight, la journaliste Laura Robinson, l'éditeur Daniel McLeod et le rédacteur en chef Charlie Smith, selon une déclaration transmise par courriel par la porte-parole de M. Furlong, Catherine Locke.

L'hebdomadaire a publié un article, le 27 septembre, qui citait huit anciens élèves d'une école du nord de la Colombie-Britannique affirmant que M. Furlong les avait frappés et agressés verbalement lors de son passage dans l'établissement comme professeur d'éducation physique à la fin des années 1960 et au début des années 1970.

Dans les heures qui ont suivi, M. Furlong a organisé une conférence de presse avec son avocat pour annoncer des poursuites et nier avoir agressé quiconque. Il a également été forcé de nier un reportage de la CBC, qui citait une ancienne élève affirmant elle aussi s'être récemment rappelée avoir été agressée sexuellement.

M. Furlong a accusé la journaliste d'avoir lancé une vendetta contre lui, et soutient qu'elle ne l'a pas contacté pour recueillir sa version des faits.

Le Georgia Straight a répondu en défendant l'honnêteté de son travail. Mme Robinson dit avoir tenté de contacter M. Furlong à plusieurs reprises et a menacé d'intenter elle-même une poursuite en lien avec les allégations contraires de M. Furlong, bien qu'elle n'ait pas encore mis cette menace à exécution.

Les allégations rapportées dans le Georgia Straight font référence à des événements supposément survenus à l'Immaculata Catholic School à Burns Lake, une communauté isolée située à environ 1000 kilomètres au nord de Vancouver.

L'hebdomadaire a également accusé M. Furlong d'avoir modifié sa biographie, particulièrement en ce qui concerne son arrivée au Canada.

M. Furlong a nié toutes les allégations, lors de la conférence de presse et dans un communiqué transmis ultérieurement.

L'homme affirme également avoir été approché par quelqu'un avant les Olympiques de 2010, un individu qui lui aurait dit être en mesure de faire disparaître les allégations pour un certain montant. M. Furlong dit avoir rapporté l'incident à la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

La police fédérale a confirmé en septembre avoir ouvert une enquête sur cette affaire, mais n'a pas donné de détails sur les informations faisant l'objet de l'enquête en tant que tel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:2500684:box

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer