Exclusif

Un nouveau dispositif qui sauve des vies

Gaven Mayo a été opéré à l'Hôpital général de... (Photo Robert Skinner, La Presse)

Agrandir

Gaven Mayo a été opéré à l'Hôpital général de Montréal. Il doit notamment la vie au nouveau cathéter ER-REBOA, qui permet de maîtriser rapidement les hémorragies.

Photo Robert Skinner, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bélinda Bélice
La Presse

Première canadienne au Centre universitaire de santé McGill (CUSM) : un nouveau cathéter permet de sauver la vie de patients victimes de fractures pelviennes ou abdominales en maîtrisant les hémorragies internes en quelques minutes. Une avancée majeure en traumatologie.

Le Dr Andrew Beckett est à l'origine de l'implantation au... (Photo Robert Skinner, La Presse) - image 1.0

Agrandir

Le Dr Andrew Beckett est à l'origine de l'implantation au Canada du cathéter ER-REBOA.

Photo Robert Skinner, La Presse

Le cathéter est toujours placé au même endroit,... (Image fournie par l’Hôpital général de Montréal) - image 1.1

Agrandir

Le cathéter est toujours placé au même endroit, soit à l'artère fémorale commune à hauteur de l'aine. Une fois inséré dans l'artère, le cathéter est déplacé de 28 cm jusqu'à l'aorte. Le gonflement du ballon bloque la circulation sanguine dans la partie inférieure du corps.

Image fournie par l’Hôpital général de Montréal

Il ne faut que cinq minutes pour saigner à mort.

Il y a six semaines, la vie de Gaven Mayo, 27 ans, a basculé à la suite d'un grave accident. Il a été transporté d'urgence à l'Hôpital général de Montréal (HGM) du CUSM.

Ce père d'une fillette de 5 ans doit la vie non seulement à l'équipe de traumatologie, mais aussi à un nouveau dispositif baptisé cathéter ER-REBOA, qui permet de maîtriser rapidement les hémorragies.

Ce cathéter à ballonnet a été utilisé plus de 2000 fois aux États-Unis et au Japon. Santé Canada a approuvé le dispositif en octobre dernier.

M. Mayo est le deuxième patient soigné à l'HGM à avoir la vie sauve grâce à cette nouvelle technologie. Il mesure l'ampleur de sa chance d'être en vie.

« Avec tous les dommages subis et tout ce qu'ils ont pu réparer, c'est fantastique. »

- Gaven Mayo

C'est le Dr Andrew Beckett qui l'a soigné. Il est également le médecin à l'origine de l'implantation de ce nouveau dispositif au Canada.

Le Dr Beckett est aussi médecin dans l'armée canadienne. Lors de ses nombreuses missions en Irak et en Afghanistan, le chirurgien traumatologue a découvert ce nouveau cathéter mis au point par des confrères américains spécialistes de la chirurgie vasculaire. Il a été immédiatement convaincu qu'il fallait importer ce dispositif au pays.

Vingt pour cent des soldats morts à la suite d'un traumatisme en Irak et en Afghanistan auraient pu être sauvés grâce au cathéter, affirme le Dr Beckett. L'effort commun de l'équipe de traumatologie, des infirmières et des radiologistes de l'HGM a facilité le développement de ce nouveau programme, tient-il à souligner.

L'IMPORTANCE DE LA RAPIDITÉ D'INTERVENTION

En traumatologie, il est essentiel d'agir rapidement et de limiter les pertes de temps, rappelle le Dr Beckett.

Le cathéter est toujours placé au même endroit, soit à l'artère fémorale commune à hauteur de l'aine. Une fois inséré dans l'artère, le cathéter est déplacé de 28 cm jusqu'à l'aorte. Le gonflement du ballon bloque la circulation sanguine dans la partie inférieure du corps. Les médecins doivent alors agir rapidement pour éviter les conséquences d'une mauvaise circulation sanguine aux jambes ou aux reins.

« Avec le ballon, nous pouvons évaluer si l'hémorragie est maîtrisée. Si on relâche le ballon et qu'il n'y a pas de saignement, c'est une bonne nouvelle. S'il y a encore un saignement, nous regonflons le ballon et nous réessayons de maîtriser le saignement. »

- Le Dr Andrew Beckett

Le cathéter permet de contrôler un saignement interne en moins d'une minute et peut rester en place de 45 à 60 minutes. Il permet de rétablir le débit sanguin vers le coeur et le cerveau.

RÉDUCTION DES RISQUES DE COMPLICATIONS

En plus d'éviter les complications d'une opération nécessitant l'ouverture du thorax, le ballon ne fait aucun dommage à l'intérieur de l'artère. L'utilisation du cathéter réduit le nombre de transfusions sanguines et permet au patient de se rétablir plus rapidement.

« Ce qui est le plus gratifiant pour nous est de permettre aux gens de reprendre le cours normal de leur vie le plus rapidement possible et ne pas laisser leurs blessures définir le reste de leur vie », affirme le Dr Beckett.

Hospitalisé depuis six semaines, Gaven Mayo sortira de l'établissement de santé montréalais cette semaine. Le père de famille est optimiste pour la suite : « Je suis plein d'espoir. J'ai la tête sur les épaules et j'ai beaucoup de volonté. » Sa fille, qui lui rend visite trois fois par semaine, est sa plus grande source de motivation à reprendre une vie normale.

« J'espère que tout reviendra à la normale, que je pourrai marcher normalement, c'est mon rêve. Je ne peux pas prédire le futur. Je prends une journée à la fois et nous espérons que les choses s'améliorent », conclut le jeune homme qui souhaite un jour reprendre son travail d'ouvrier spécialisé sur le pont Mercier.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer