Une porte d'entrée du stress dans le cerveau découverte

Le type de stress qui mène à la... (Photo Martin Chamberland, archives La Presse)

Agrandir

Le type de stress qui mène à la dépression peut être le surmenage au travail. Le stress durant l'enfance (pauvreté, séparation des parents, violence) augmente aussi le risque de dépression à l'âge adulte.

Photo Martin Chamberland, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le stress mène à la dépression, particulièrement si les événements difficiles surviennent durant l'enfance. Une étude à laquelle ont participé trois chercheurs québécois vient de trouver une « porte » entre le système sanguin et le cerveau qui joue un rôle crucial dans l'équation stress-dépression. Leurs travaux pourraient mener à des médicaments et à un meilleur test diagnostique pour la dépression.

« Il y a de plus en plus d'intérêt sur le lien entre le système immunitaire, qui est stimulé par le stress social, et le cerveau », explique Caroline Ménard, auteure principale de l'étude publiée hier dans la revue Nature Neuroscience et neurobiologiste à l'École de médecine Mount Sinai à New York - et qui commencera en février à travailler à l'Université Laval. « On essaie de comprendre comment les molécules du système immunitaire qui circulent dans le sang entrent dans le cerveau. Nous avons trouvé une porte dans la barrière hématoencéphalique qui sépare sang et cerveau. »

Le type de stress qui mène à la dépression peut être le surmenage au travail. Le stress durant l'enfance (pauvreté, séparation des parents, violence) augmente aussi le risque de dépression à l'âge adulte.

Quand cette « porte » entre le système sanguin et le cerveau était ouverte, une région du cerveau très importante dans la dépression et la régulation de l'humeur était envahie par des molécules du système immunitaire qui sont générées par le stress. Les neurones de cette région, appelée nucleus accumbens septi, étaient affectés par ces molécules du système immunitaire. Les chercheurs en ont fait la preuve chez la souris et aussi grâce à deux banques de cerveaux, au Texas et à l'Institut Douglas de l'Université McGill à Montréal.

« Avec cette découverte, on pourrait utiliser l'imagerie par résonance magnétique (IRM) pour voir les gens qui ont une porte ouverte. On pourrait avoir un diagnostic plus précis de la dépression. », explique Caroline Ménard.

Une étape préliminaire, pour restreindre le nombre de personnes devant subir un test de dépistage par l'IRM, serait de mesurer dans le sang la présence de molécules provenant du cerveau, qui circulent elles aussi par la « porte » ouverte par le stress.

L'autre avenue de recherche que veut suivre Mme Ménard quand elle s'installera à l'Université Laval est d'étudier les personnes qui résistent mieux au stress que d'autres. « Il y a des souris résilientes, chez qui la porte dans la barrière hématoencéphalique ne s'ouvre pas en présence de stress, dit Mme Ménard. Il se peut qu'on identifie des gènes ou des molécules qui entrent en jeu. Ça pourrait donner des cibles pour refermer les portes et traiter la dépression. »

En chiffres

1,9 FOIS

augmentation du risque de dépression chez les enfants dont les parents se séparent avant qu'ils aient l'âge de 7 ans

3,5 FOIS

augmentation du risque de dépression chez les enfants dont les parents se séparent et dont la mère se remet en couple avant qu'ils aient l'âge de 7 ans

3,4 FOIS

augmentation du risque de dépression chez les enfants nés d'une mère de famille monoparentale

Source : American Journal of Psychiatry




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer