Le lien entre pauvreté et enfants malades est réel

Les enfants nés de mères défavorisées seraient plus... (photo Cheryl Senter, archives the new york times)

Agrandir

Les enfants nés de mères défavorisées seraient plus souvent malades que ceux nés de mères plus aisées.

photo Cheryl Senter, archives the new york times

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des chercheurs américains ont découvert pourquoi les enfants pauvres sont plus souvent malades : la pauvreté pendant la grossesse de la mère change le système immunitaire de cette dernière et affecte le développement du cerveau du foetus et du bébé.

« Chez les animaux de laboratoire, on voit que l'activité du système immunitaire durant la grossesse est importante pour le développement neurologique », explique Stephen Gilman, épidémiologiste à l'Université Harvard et aux Instituts nationaux pour la santé du gouvernement américain (NIH), qui est l'auteur principal de l'étude publiée la semaine dernière dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS). « On sait qu'il y a plus de maladies psychiatriques chez les enfants dont les mères ont eu des infections durant la grossesse. Et on sait que les femmes pauvres ont un système immunitaire plus actif. »

Quand le système immunitaire d'une personne est plus actif, que ce soit à cause d'une infection ou du stress, certaines molécules associées au système immunitaire ont une concentration plus élevée dans le sang, d'autres plus faible. C'est que l'hormone du stress, le cortisol, supprime l'activité du système immunitaire.

Le Dr Gilman et son équipe ont testé cinq de ces « marqueurs » du système immunitaire. Ils ont observé une concentration moins élevée de l'un de ces marqueurs, l'interleukine-8, au troisième trimestre chez les femmes enceintes pauvres (premier décile de revenus ou les 10 % les plus pauvres). Cette concentration moins élevée d'interleukine-8 quadruplait le risque d'anomalie neurologique chez le bébé à 4 mois, et doublait ce risque à 1 an.

« Nous pensons que ce qui est important, c'est l'équilibre parmi les différents marqueurs immunitaires », a expliqué le Dr Gilman depuis ses bureaux du NIH, en banlieue de Washington. « Il faudra vérifier avec des prises de mesures plus fréquentes durant la grossesse. Heureusement, le coût des technologies d'analyses d'échantillons et de données diminue sans cesse. D'ici quelques années, on pourra avoir un portrait plus clair de l'évolution normale des marqueurs immunitaires durant la grossesse et des situations à risque. Il nous faut aussi comprendre comment ces molécules passent du sang de la mère au cerveau du bébé. »

Attention à la discrimination

Quand verra-t-on des conséquences cliniques de ces recherches ? « On peut imaginer du dépistage avec des interventions comportementales auprès de la mère enceinte, pour diminuer son niveau de stress, ou même pharmacologiques, ou alors après la naissance chez le bébé pour diminuer l'impact des anomalies neurologiques. Mais quand, c'est difficile à prédire. »

Pense-t-il voir des applications cliniques de son travail avant la retraite ? « Oui, je pense bien, j'ai seulement 47 ans », a dit le Dr Gilman.

Se pourrait-il que ce genre de travaux augmente la discrimination envers les familles pauvres ? « C'est toujours une possibilité que nous avons en tête. Il ne faudrait pas que ça cimente le stéréotype que les enfants pauvres ont plus de problèmes à l'école. Nous pensons que ce sera compensé par la possibilité d'interrompre la transmission intergénérationnelle des problèmes de santé et cognitifs associés à la pauvreté. »

En chiffres

  • 21 % des enfants blancs non hispaniques américains vivant sous le seuil de la pauvreté ne sont pas en bonne santé
  • 6 % des enfants blancs non hispaniques américains dont les familles gagnent plus de quatre fois le revenu correspondant au seuil de pauvreté ne sont pas en bonne santé
  • 29 % des enfants noirs américains vivant sous le seuil de la pauvreté ne sont pas en bonne santé
  • 11 % des enfants noirs américains dont les familles gagnent plus de quatre fois le revenu correspondant au seuil de pauvreté ne sont pas en bonne santé
Source : Pediatrics




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer