Exclusif

Un chercheur montréalais espère guérir le diabète

Le Dr Rémi Rabasa-Lhoret, professeur à l'Institut de recherches... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

Le Dr Rémi Rabasa-Lhoret, professeur à l'Institut de recherches cliniques de Montréal

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quand il a reçu son diagnostic de diabète de type II, il y a quatre ans, Benoit Baril s'est fait dire que sa maladie était inguérissable. Aujourd'hui, il s'apprête à participer à une étude qui vise l'impensable : la rémission. Pour lui, il s'agit d'un espoir inattendu. Pour la santé publique, il pourrait s'agir d'une véritable révolution.

«Le sucre, c'est comme la cocaïne. Sauf qu'au lieu de se vendre 25 $ la ligne, ça se vend 5 cents le sachet», lance Benoit Baril. L'homme de 46 ans nous avait donné rendez-vous dans une foire alimentaire, un choix qui n'est pas anodin. Entouré d'effluves de poutine, de beignes et de poulet général tao, il nous raconte comment, graduellement, les mauvaises habitudes ont infiltré son mode de vie. Il y a quatre ans, le diagnostic est tombé : diabète de type II. Depuis, Benoit Baril doit consommer deux médicaments différents tous les jours.

C'est en navigant sur l'internet qu'il a eu vent de scientifiques à la recherche de patients diabétiques pour participer à une étude.

«J'ai vu l'expression "rémission potentielle" et ça m'a tout de suite accroché, raconte-t-il. Je me suis dit : qu'est-ce que j'ai à perdre? Des kilos? Des médicaments à prendre tous les jours?»

Rémissions inespérées

L'étude sur laquelle est tombé Benoit Baril est menée par le Dr Rémi Rabasa-Lhoret, professeur à l'Institut de recherches cliniques de Montréal. «Pendant mes études, si j'avais écrit dans un examen qu'on pouvait guérir du diabète, on m'aurait dit : merci, mais revenez l'année prochaine, raconte le médecin endocrinologue. Le diabète était considéré comme une maladie chronique qui se soigne, mais ne se guérit pas. Mais il y a eu un changement de paradigme.»

Les premières «guérisons» ont été observées chez les patients qui avaient subi une intervention de chirurgie bariatrique, cette opération visant à réduire le volume de l'estomac. Récemment, le physicien québécois Normand Mousseau a aussi affirmé s'être guéri du diabète en suivant un régime extrêmement strict. Une poignée d'études scientifiques ont documenté le phénomène.

«Entre la chirurgie extrêmement lourde et la diète sévère que peu de gens arrivent à suivre, on essaie d'ouvrir une troisième voie vers la rémission», explique le Dr Rabasa-Lhoret. Cette voie, c'est une médication intensive, de courte durée, combinée à l'adoption de saines habitudes de vie.

Le pancréas en vacances

Chirurgie bariatrique, régime sévère, médication intensive. Ces trois méthodes visent en fait le même objectif : donner une pause au pancréas, cet organe qui sécrète l'insuline chargée de maintenir un taux de glucose normal dans le sang.

«C'est un peu comme si le pancréas était en burnout. On lui dit : on t'offre des vacances dans le Sud, va te reposer», affirme M. Rabasa-Lhoret.

Dans le cas de l'étude lancée à Montréal par le Dr Rabasa-Lhoret, les participants devront s'injecter de l'insuline une fois par jour, en plus de prendre de la metformine et de la sitagliptine, deux médicaments qui aident aussi à régulariser le taux de sucre dans le sang.

«Pendant 12 semaines, on fait le boulot du pancréas à sa place», explique le Dr Rabasa-Lhoret. Puis on cessera toute médication pour voir si la pause a permis au pancréas de reprendre le dessus.

En parallèle, les patients seront encouragés par des professionnels à bien se nourrir et à faire de l'exercice. L'étude est menée en collaboration avec d'autres chercheurs canadiens, notamment le Dr Hertzel Gerstein, de l'Université McMaster, en Ontario.

Loto-pancréas

L'espoir des chercheurs n'est pas un acte de foi : des études préliminaires ont déjà montré qu'une médication intensive peut amener une rémission chez 40% des diabétiques, et que cette rémission perdure deux ans après le traitement. Avec plus de 200 patients, l'étude canadienne qui démarre a toutefois une ampleur inédite. Les patients qui y participent consommeront aussi plus de médicaments que lors des études précédentes. «On tape sur tout ce qui bouge pour envoyer le pancréas au repos forcé», résume le Dr Rabasa-Lhoret.

Pour l'instant, on croit que ceux qui peuvent guérir du diabète sont les gens qui ont la maladie depuis moins de cinq ans, à un stade pas trop avancé. À cause de son importante médication, Benoit Baril ne se qualifiait pas à l'étude. Mais motivé par la perspective d'une rémission, il s'est mis à l'exercice et a modifié son alimentation. Résultat : en moins de deux mois, il a perdu près de 12 livres et est parvenu à réduire sa médication de moitié. Aujourd'hui, il n'a qu'un espoir : faire partie du groupe qui suivra le traitement intensif plutôt que le groupe témoin qui servira à établir des comparaisons.

«J'ai une chance sur deux, c'est la loto-pancréas!», lance-t-il.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer