Maladie de Lyme: une étude vante les vertus d'une pommade antibiotique

La tique à pattes noires transmet la maladie... (Archives, La Voix de l'Est)

Agrandir

La tique à pattes noires transmet la maladie de Lyme à l'humain en le piquant.

Archives, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Une simple pommade antibiotique à base d'azithromycine a prouvé son efficacité contre la borréliose de Lyme, une affection potentiellement grave transmise par les tiques en pleine expansion en Europe et en Amérique, selon une étude de l'université de Vienne publiée par The Lancet.

Appliquée durant trois jours 72 heures au plus tard après la morsure de tique, cette pommade a révélé une efficacité de 100 %, selon des tests réalisés auprès d'un échantillon de 1000 patients.

« Aucun n'a développé de borréliose de Lyme », a souligné le coordinateur de cette étude Bernd Jilma, de l'université de médecine de Vienne.

Dans le même temps, sept infections se sont déclarées dans le groupe traité avec un placebo, selon les résultats de cette recherche internationale publiés par la revue britannique The Lancet Infectious Diseases.

Identifiée pour la première fois aux États-Unis en 1975, la maladie de Lyme, une affection d'origine bactérienne, peut conduire à de graves complications neurologiques et articulaires si elle n'est pas détectée et traitée à temps.

Le protocole de soins classique pour un soupçon de borréliose consiste en une prise d'antibiotiques massive durant trois semaines.

L'application de la pommade à titre préventif durant trois jours permettrait d'éviter dans la plupart des cas le recours à cette médication, selon cette étude de phase II/III qui doit encore s'accompagner de travaux de confirmation avant une application à grande échelle.

La maladie de Lyme est en pleine expansion en Europe avec 200 000 nouveaux cas par an, dont 24 000 en Autriche, rappellent les auteurs.

Endémique de longue date en Europe centrale, elle a progressivement gagné l'ouest du continent et notamment la France, où un plan national pour améliorer le diagnostic et la prise responsable de la maladie a été annoncé en septembre, sur fond de polémique au sujet de tests de dépistage accusés d'être inefficaces par des malades.

En Europe, 20 % des tiques sont porteuses de la borréliose et environ 5 % des morsures de tiques se soldent par transmission de la maladie, selon les estimations.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer