TLMEP : la communauté scientifique dénonce un «manque de rigueur»

Josée Blanchette lors de son passage à Tout le monde... (PHOTO FOURNIE PAR ICI RADIO-CANADA TÉLÉ)

Agrandir

Josée Blanchette lors de son passage à Tout le monde en parle, dimanche soir.

PHOTO FOURNIE PAR ICI RADIO-CANADA TÉLÉ

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Radio-Canada fait-elle preuve de toute la rigueur nécessaire lorsqu'elle aborde des sujets se réclamant de la science à son émission phare Tout le monde en parle? C'est la question que lancent médecins et communicateurs scientifiques à la suite du dernier épisode de l'émission, diffusé dimanche.

Les propos de la journaliste Josée Blanchette font partie de ceux qui ont soulevé la controverse. À l'émission, celle qui vient de publier un livre intitulé Je ne sais pas pondre l'oeuf, mais je sais quand il est pourri a dressé un portrait sombre de la chimiothérapie, remettant en question son efficacité à guérir le cancer et insistant sur ses effets secondaires dangereux.

Un groupe de 12 hématologues et oncologues du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) a réagi en envoyant une lettre ouverte aux médias, dans laquelle ils affirment que le propos tenu «fausse les réalités de l'oncologie».

«Ce qu'on a entendu est extrêmement dommageable. Dans les cliniques, aujourd'hui, ça a été une réaction immédiate des patients. La chimio nous fait peur, c'est de la supercherie, pourquoi vous nous donnez ça? C'est ce qu'on a entendu», a dit à La Presse le Dr Denis Soulières.

«Je n'ai pas lu son livre et il est possible qu'il contienne des nuances. Le problème, c'est qu'hier [dimanche], il n'y avait aucune nuance, c'était un discours à sens unique, sans répartie.» - Le Dr Denis Soulières

Stéphanie Thibault, présidente de l'Association des communicateurs scientifiques du Québec, croit que Josée Blanchette soulève un débat nécessaire. Le problème, selon elle, est que Tout le monde en parle n'a pas réussi à traiter avec rigueur un sujet aussi complexe.

«La plupart des gens qui ont visionné l'entrevue n'ont pas lu le livre et ne le liront pas, rappelle-t-elle. Il faut donc analyser l'information telle qu'elle nous est livrée pendant l'émission et essayer d'évaluer son impact. Or, il y avait des lacunes. Parler du cancer vient avec une responsabilité énorme - il faut éviter de créer de faux espoirs et de fausses craintes. Je n'ai pas senti cette responsabilité dans la façon dont le message a été livré.»

L'un des aspects les plus controversés de l'entrevue est lorsque Mme Blanchette a cité une «méta-analyse» affirmant que la chimiothérapie ne guérit que 2% des cas de cancer. Cette étude existe bel et bien, mais elle a été si critiquée qu'elle a fait l'objet d'une lettre la dénonçant dans la revue scientifique qui l'avait publiée. L'étude ne suit pas les patients au-delà de cinq ans, a exclu certaines formes de cancer et calcule son taux de succès en incluant parmi les échecs des patients atteints de cancer... mais qui n'ont jamais reçu de chimiothérapie.

Selon Valérie Borde, chargée de cours en journalisme scientifique à l'Université Laval, il était «dangereux» de lancer le chiffre de 2% sans l'expliquer. Il aurait au moins fallu rappeler, dit-elle, que la chimiothérapie est très efficace contre certaines formes de cancer, y compris chez l'adulte.

«Josée Blanchette n'a pas commis d'impair majeur, sauf que le message qu'on retient est que la chimiothérapie, c'est de la merde. Et ça, c'est dangereux.» - Pierre Sormany, ancien directeur des émissions d'affaires publiques de Radio-Canada, qui a notamment créé l'émission Découverte et dirigé le magazine Québec Science

Josée Blanchette convient elle-même qu'on ne peut résumer un livre entier dans une entrevue de 45 minutes qui, après le montage, tient en une vingtaine de minutes à peine.

«C'est sûr que c'est imparfait, c'est sûr qu'on n'a pas tout. Mais est-ce que je vais rester chez moi quand on m'invite à Tout le monde en parle? Bien sûr que non», dit celle qui dit avoir voulu lancer un «pavé dans la mare» et bénéficier du soutien de nombreux oncologues.

À La Presse, l'animateur Guy A. Lepage s'est défendu d'avoir réalisé une entrevue que plusieurs, dont Valérie Borde, ont qualifiée de «complaisante».

«Nous, on présume que Josée Blanchette a fait son travail d'enquête et que ce qu'elle dit se tient. Si on pensait le contraire, on ne l'aurait pas invitée», a-t-il dit pour expliquer pourquoi il n'a pas davantage mis ses affirmations à l'épreuve.

Stéphane Allix... (PHOTO FOURNIE PAR ICI RADIO-CANADA TÉLÉ) - image 2.0

Agrandir

Stéphane Allix

PHOTO FOURNIE PAR ICI RADIO-CANADA TÉLÉ

Communiquer avec l'au-delà

Si l'entrevue avec Mme Blanchette a fait tiquer certains scientifiques, celle réalisée avec Stéphane Allix les a fait carrément bondir. Cet auteur français, qui présente sa démarche comme «journalistique», a caché des objets dans le cercueil de son père à sa mort. Il dit ensuite avoir consulté des médiums, dont certains auraient réussi à identifier ces objets en communiquant avec l'au-delà.

«Là, on n'est pas au même niveau [qu'avec la chimiothérapie]. On sombre carrément dans le n'importe quoi», dit Valérie Borde.

«C'est une enquête qu'il a faite, et je dirais qu'il l'a faite correctement. On n'a pas l'impression d'avoir reçu un charlatan», a répliqué Guy A. Lepage.

«De toute façon, c'est inoffensif, a continué l'animateur. Ceux qui s'intéressent à ça vont aller lire le livre, ceux qui n'embarquent pas n'embarquent pas plus.»

Stéphanie Thibault, de l'Association des communicateurs scientifiques, y voit plutôt une «dérive».

«On fait à Radio-Canada un exercice qui est dangereux, croit-elle. Cette émission de divertissement devient une tribune pour les affaires publiques, mais sans que la rigueur qu'on attend de Radio-Canada dans les affaires publiques y soit présente. Ce mélange des genres est à tout le moins dérangeant.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer