Dépression: une vaste étude apporte un nouvel éclairage génétique

Une vaste étude confirme l'influence des gènes sur le risque de dépression chez... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Une vaste étude confirme l'influence des gènes sur le risque de dépression chez les personnes d'origine européenne, un pas pour mieux comprendre la composante biologique de cette maladie et aider au développement de nouveaux traitements.

Si l'on sait que la dépression ne se limite aux seuls aspects psychologiques et peut toucher des familles, la plupart des études antérieures n'ont pas réussi à identifier les variations génétiques qui influent sur le risque de dépression, en particulier chez les personnes d'ascendance européenne.

Réalisée par des chercheurs américains, cette nouvelle étude, publiée lundi dans la revue spécialisée Nature Genetics, a identifié 17 variations génétiques potentiellement à risque, réparties dans quinze régions du génome.

Elle décrit « les premières associations génétiques significatives avec le risque de trouble dépressif majeur (TDM) chez les individus d'origine européenne », souligne la revue.

Cette vaste étude, dite « pangénomique », englobe plus de 121 000 personnes qui ont déclaré avoir été diagnostiquées comme atteintes de dépression ou être traitées pour la maladie. Sont aussi incluses 338 000 personnes se déclarant sans antécédents de dépression.

Les chercheurs ont utilisé les données provenant de la société américaine de génétique 23andMe qui vend des tests ADN aux particuliers pour évaluer leur risque génétique de développer certaines maladies.

« L'identification des gènes qui influent sur le risque pour une maladie est une première étape vers la compréhension de la biologie de la maladie elle-même », explique Roy Perlis, du Massachusetts General Hospital (États-Unis), coauteur de ce travail.

« Nous espérons que la découverte de ces gènes va nous orienter vers de nouvelles stratégies de traitement », ajoute ce spécialiste, également professeur agrégé de psychiatrie à la Harvard Medical School.

Une étude récente avait identifié deux variations génétiques (ou mutations) pouvant contribuer au risque de développer cette maladie chez les femmes chinoises, mais elles sont extrêmement rares dans d'autres populations.

Cette analyse a notamment identifié des gènes du système nerveux et des gènes impliqués dans le développement du cerveau, ainsi qu'un gène préalablement associé à l'épilepsie et la déficience intellectuelle.

Plus généralement, le Dr Roy Perlis estime que « trouver des gènes associés à la dépression devrait aider à dire clairement qu'il s'agit d'une maladie du cerveau », en espérant ainsi « diminuer la stigmatisation » des malades.

La dépression touche plus de 350 millions de personnes dans le monde, selon l'OMS.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer