Cancer du pancréas: deux chimiothérapies combinées prometteuses

Chez les participants qui ont pris cette combinaison... (PHOTO OLIVIER JEAN, archives LA PRESSE)

Agrandir

Chez les participants qui ont pris cette combinaison de chimiothérapies pendant six mois, le taux de survie à cinq ans a été de 28,8 %, contre 16,3 % chez ceux traités seulement avec le Gemzar, traitement standard actuel.

PHOTO OLIVIER JEAN, archives LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

La combinaison de deux chimiothérapies a donné des résultats prometteurs contre le cancer du pancréas, particulièrement agressif, prolongeant la vie de certains patients, selon une étude européenne présentée vendredi aux États-Unis.

Cet essai clinique, l'un des plus étendus jamais effectué pour ce cancer, avec 732 malades, a montré que le fait de combiner du Xéloda et du Gemzar procurait un gain de survie « substantiel » après une intervention chirurgicale, souligne le professeur John Neoptolemos, de la faculté de médecine de l'université de Liverpool, qui a conduit l'étude.

Chez les participants qui ont pris cette combinaison de chimiothérapies pendant six mois, le taux de survie à cinq ans a été de 28,8 %, contre 16,3 % chez ceux traités seulement avec le Gemzar, traitement standard actuel.

« Nous sommes passés d'un taux de survie de 8 % à cinq ans » pour les patients ayant seulement été opérés, « à près de 30 % avec cette chimiothérapie combinée », pointe John Neoptolemos qui a présenté les résultats à la conférence annuelle de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO), plus grand colloque mondial sur le cancer qui se tient ce week-end à Chicago.

« Cette alliance de chimiothérapies procure un gain majeur contre ce cancer, qui demeure l'un des plus difficiles à traiter », estime Smitha Krishnamurthi, professeur de médecine à la faculté américaine de Case Western Reserve, à Cleveland, qui n'a pas participé à l'étude.

Les travaux à venir chercheront à mettre au point des tests permettant de prédire quels malades sont les plus susceptibles de bénéficier de cette chimiothérapie combinée, précisent les chercheurs.

Aux États-Unis, le Gemzar (gémcitabine), du laboratoire américain Eli Lilly, est déjà autorisé pour traiter le cancer du sein, de l'ovaire et du poumon.

Quant au Xéloda (capécitabine), du groupe suisse Roche, il est déjà utilisé contre le cancer colorectal et du sein.

Ces deux médicaments existent en version générique.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 338 000 personnes dans le monde ont reçu le diagnostic d'un cancer du pancréas en 2012. Il est détecté plus fréquemment en Amérique du Nord et en Europe et avec une moindre fréquence en Afrique et en Asie.

Le cancer du pancréas devrait causer 41 780 décès aux États-Unis en 2016.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer