Cannabis thérapeutique: mieux vaut le vapoter que de fumer un joint

Les chercheurs ont découvert que vaporiser du cannabis... (PHOTO FRANCOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Les chercheurs ont découvert que vaporiser du cannabis (ce qu'ils ont baptisé le « cannavaping ») évitait l'inhalation de quantités importantes de contaminants toxiques comme des composants organiques volatils libérés lors de la combustion.

PHOTO FRANCOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

L'usage de cigarettes électroniques pour distiller du cannabis à usage thérapeutique pourrait être une alternative plus saine que fumer des joints et plus efficace que prendre cette substance par comprimés, selon une étude parue jeudi dans Scientific Reports.

Depuis longtemps, les scientifiques ont démontré que fumer libérait dans l'organisme des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) néfastes pour la santé. Le goudron et d'autres substances jugées cancérigènes sont ainsi retrouvés dans la fumée.

Dans le cas du cannabis, ces composants ne proviennent pas de la plante elle-même, mais du processus de combustion. Ils peuvent également être produits par la combustion d'autres matières que le cannabis, par exemple le papier à rouler.

Une grande majorité des gaz présents dans la fumée n'ont ainsi aucune propriété thérapeutique ni psychoactive. Sur le plan strictement médical, cette méthode est donc loin d'être optimale.

L'équipe de Vincent Varlet, de l'Université de Lausanne (Suisse) a cherché à évaluer l'efficacité de l'usage du cannabis par vaporisation plutôt que par combustion.

« Nous nous sommes inspirés de ce qui se fait illégalement, en sous-mains, sur des forums », a déclaré à l'AFP ce chercheur biochimiste et toxicologue.

« Ils utilisent la vaporisation pour se défoncer. Basé sur ce qui se fait de manière illégale, nous avons estimé que cela pouvait être intéressant » pour le champ médical, dit-il.

Les cannabinoïdes ont été extraits avec des gaz de butane pour produire de l'huile de hachich.

Les chercheurs ont découvert que vaporiser du cannabis (ce qu'ils ont baptisé le « cannavaping ») évitait l'inhalation de quantités importantes de contaminants toxiques comme des composants organiques volatils libérés lors de la combustion.

Débarrassé d'une grande partie des produits toxiques, le cannabis ainsi inhalé est en outre plus efficace car en plus grande concentration avec un effet immédiat comparé à l'ingestion par sirop, nourriture ou comprimés.

« L'absorption de cannabinoïdes avalés ou ingérés par voie orale est relativement faible », a expliqué à l'AFP Vincent Varlet. « Si on les consomme en les vaporisant ou en les fumant, ils atteignent directement le sang via les poumons », dit-il.

Le cannabis peut être prescrit en médecine pour soulager la douleur, stimuler l'appétit, réduire les nausées.

Certains cannabinoïdes sont aussi efficaces comme anti-épileptiques.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer