Le vaccin contre la dengue de Sanofi recommandé par des experts de l'OMS

Des moustiques responsables de transmettre la dengue.... (Photo Felipe Dana, archives AP)

Agrandir

Des moustiques responsables de transmettre la dengue.

Photo Felipe Dana, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Un comité d'experts de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a recommandé l'utilisation du vaccin contre la dengue fabriqué par Sanofi, le Dengvaxia, dans les pays où le virus est endémique, a annoncé ce groupe pharmaceutique français vendredi.

« Le Groupe stratégique consultatif d'experts (Sage) a recommandé que les pays considèrent l'introduction du vaccin contre la dengue Dengvaxia dans les zones géographiques endémiques seulement », a précisé le comité de l'OMS dans un communiqué.

Considéré comme « sûr » par le docteur Jon Abramson, porte-parole du Sage, ce vaccin « est particulièrement efficace » sur les personnes qui ont déjà été exposées aux quatre virus de la dengue et ne devrait pas être utilisé dans les zones où la transmission de la dengue est faible.

Le Sage reconnaît ainsi « le bénéfice de santé publique » du Dengvaxia, premier vaccin contre la dengue à avoir été autorisé dans le monde, a commenté son fabricant Sanofi dans un communiqué.

Ce vaccin qui a requis 20 ans de recherches et des investissements d'un milliard et demi d'euros est actuellement soumis aux autorités sanitaires de plus de 20 pays en 2015 et devrait faire l'objet de demandes d'autorisation dans une quinzaine de pays supplémentaires en 2016.

Le vaccin Dengvaxia, déjà homologué au Mexique, aux Philippines, au Brésil et au Salvador, doit éviter « huit hospitalisations sur dix » et « jusqu'à 93 % des cas de dengue sévères, dont la dengue hémorragique », a précisé Sanofi.

Environ 35 pays devraient avoir autorisé le vaccin Dengvaxia d'ici à la fin de l'année, selon ce laboratoire.

Le nombre des cas de dengue a été multiplié par 30 au cours des 50 dernières années.

Le Sage conseille aux pays où le virus est endémique « l'introduction du vaccin contre la dengue dans le cadre d'une stratégie intégrée » comprenant « la lutte antivectorielle », qui consiste à réduire le nombre des moustiques, et « l'éducation continue des communautés ».

Les pays devraient mettre en place un système pour surveiller la vaccination, le vaccin devant être administré en trois fois en l'espace d'un an, particulièrement des enfants (à partir de neuf ans) qui souvent n'ont « pas accès à des services sanitaires trois fois dans l'année », selon le porte-parole du Sage.

Cette stratégie de lutte contre la dengue devrait permettre aux pays endémiques d'atteindre « les objectifs de l'OMS de réduire de 25 % la morbidité et de 50 % la mortalité de la dengue d'ici à 2020 », d'après le communiqué de Sanofi.

Le vaccin est produit en France dans un site dédié dont la capacité de production devrait atteindre 100 millions de doses annuelles.

Le groupe a lancé en avril le premier programme public de vaccination contre la dengue aux Philippines, où 200.000 cas de dengue ont été signalés en 2013.

Transmise par les moustiques dans les zones tropicales et subtropicales, la dengue infecte chaque année près de 400 millions de personnes dans plus de 120 pays et touche désormais l'Europe où les premiers cas autochtones ont été recensés en 2010.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer